Des crèches misent sur l’image pour parler à tous

Familles allophonesComment se faire comprendre sans langue commune? Par exemple grâce aux cartes conçues pour les besoins de la petite enfance.

La boîte destinée aux parents contient 99 images, celle pour les enfants 41.

La boîte destinée aux parents contient 99 images, celle pour les enfants 41. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il s’appelle «Entre nous», et c’est peu dire que ses nombreux parents sont heureux d’annoncer la naissance de ce nouvel outil de communication spécifiquement conçu pour les besoins des institutions de la petite enfance. Jeudi, tous étaient présents à Lancy pour le lancement de ce matériel inventé à Genève pour faciliter la transmission des informations entre les éducatrices et les nombreuses familles allophones qui fréquent leurs lieux d’accueil.

«Cette communication est indispensable si l’on veut établir une relation de confiance avec les parents et ouvrir la voie à la coéducation», a souligné lors de la présentation Anne Hiltpold, conseillère administrative de Carouge.

Comment une mère peut-elle expliquer que son fils a eu de la fièvre la nuit passée si elle ne parle pas français? Et comment le répondant de son fils dans la crèche pourra-t-il lui faire savoir facilement que son enfant a en fait passé une très bonne journée? Grâce à des dessins, s’est dit un jour Isabelle Dupuis, initiatrice du projet et directrice à l’époque d’un espace de vie enfantine à Carouge. L’idée était née, mais il a ensuite fallu réunir beaucoup de compétences avant d’aboutir.

Une réalisation d’équipe

«Nous accueillons des enfants de nombreuses familles allophones dans notre institution située en zone urbaine, a expliqué Isabelle Dupuis. Au début, pour mieux nous faire comprendre, nous faisions des petits dessins. Puis nous avons construit un répertoire de 99 images illustrant toutes les situations clés. Mais, très vite, il a été évident que nous avions besoin d’appuis et d’expertises.»

Ces renforts sont arrivés, convaincus de la pertinence du projet: ce sont la Commune de Carouge, celles de Lancy et de Plan-les-Ouates, le Bureau de l’intégration des étrangers, la Haute École de travail social (HETS), l’association Camarada et les Établissements publics pour l’intégration (EPI). Un exemple particulièrement réussi de partenariats multiples qui a été salué par le conseiller d’État Thierry Apothéloz.

Une première version d’«Entre nous» est née en 2016 de cette collaboration. Elle a été testée dans des institutions des trois communes concernées. La 2e édition a été lancée officiellement jeudi avec comme objectif une plus large diffusion. Nicolas Roguet, le délégué à l’intégration, a du reste avoué espérer que le concept séduira au minimum les autres cantons romands.

Un dispositif très complet

Physiquement, «Entre nous» est constitué de deux boîtes contenant chacune un jeu de cartes. La première contient 91 images destinées aux relations entre les parents et les professionnels de l’enfance. La seconde est une sélection de 41 cartes de la première boîte (dans un plus petit format), à disposition des enfants pour interagir et jouer entre eux.

Le dispositif comprend aussi un grand poster reproduisant les cartes, un flyer traduit en dix langues, une application ainsi qu’un manuel d’accompagnement pour les professionnels. La HETS a également mis au point un module d’enseignement pour ces derniers.

Car si ce projet paraît simple en apparence et donc efficace, comme l’a souligné Xavier Magnin, conseiller administratif de Plan-les-Ouates, l’utilisation de l’outil demande du doigté. «L’idée que le visuel est capable de remplacer la parole a ses limites, a prévenu Anahy Gajardo, adjointe scientifique à la HETS. Car les images véhiculent en fait des notions et des valeurs acquises. Elles ne sont pas comprises partout de la même manière. Et c’est une chose à intégrer si on veut tirer le meilleur profit de ces 99 cartes.»

Créé: 18.10.2018, 19h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...