La Créature de Frankenstein reprend vie à Plainpalais

Art contemporainLa statue de bronze du collectif genevois KLAT, installée à côté du skatepark côté Bastions, a été inaugurée samedi soir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une main se tend pour éprouver la fraîcheur du métal. Les doigts explorent la chair de bronze, suivent le dessin des sutures, s'introduisent dans les fentes des plaies boursouflées fermées par des agrafes. A minuit, Frankie a trouvé sa place. Les passants, curieux, s'approprient déjà l'exclu de métal, l'errant, le différent, alors que la statue de bronze vient juste d'être vernie. La Créature du docteur Frankenstein, née à Genève en 1816 dans l'esprit de Mary Shelley, reprend une forme de vie sur la plaine de Plainpalais, à côté du skatepark côté Bastions.

L'homme de bronze créé par le collectif genevois d'artistes KLAT (Jérôme Massard, Florian Saini, Konstantin Sgouridis) a été inauguré samedi soir par Sami Kanaan, conseiller administratif chargé de la culture en Ville de Genève, et par Michèle Freiburghaus, responsable du Fonds municipal d'art contemporain (FMAC). Installé à même le sol rouge, les pieds en marche vers le Salève, Frankie s'est trouvé assailli d'éclairs roses zébrant la nuit tombante, jaillis de deux grandes piles comme celle que Volta mit au point en 1816, précisément. Au contact du métal constituant la statue de 2,40 m, un arc électrique se forme et insuffle alors vie à la Créature.

La voilà prête... A quoi, au juste? Dans le roman de la Britannique Mary Shelley – œuvre fondatrice de la SF – le monstre créé par le docteur Viktor Frankenstein, à partir de morceaux de cadavres, assassine le jeune frère de son créateur sur la plaine de Plainpalais, afin de se venger de son «père» qui l'a abandonné. Il franchit ensuite d'un pas immense le Salève et disparaît, pour un moment. Le rejeté souffre. Il fait le mal qu'on lui fait.

Dans son jeans débraillé coupé aux genoux et son sweat-shirt à capuche ouvert sur son torse balafré, avec sa gueule fracassée, son dos bossu, ses bras de singe aux mains déformées et ses énormes pieds décharnés, Frankie figure l'Autre. Celui qu'on méprise, qui fait peur, qu'on ignore lorsqu'on le croise sur la plaine de Plainpalais. Rien à voir avec ces statues de généraux, musiciens, écrivains ou impératrice en gloire moulées dans le bronze de la postérité. Les codes de la statuaire traditionnelle sont ici détournés pour servir une problématique douloureusement actuelle.

«Cadavre exquis» à grignoter

La Créature de Frankenstein, c'est aussi une composition. Un assemblage de (bas) morceaux prélevés ici ou là au gré des opportunités. Pour compléter leur propos, les trois artistes de KLAT ont agencé un parcours destiné au public, qui fait circuler les visiteurs d'un musée genevois à l'autre. Lancé samedi dans le cadre de la Nuit des Musées, il fonctionne comme un «cadavre exquis»: dans chaque institution, une vitrine zébrée d'éclairs. Sur un fond figurant la lave, des objets appartenant aux collections genevoises en lien avec 1816.

A l'Ariana, un encrier de porcelaine aurait pu servir à Mary Shelley. Au Conservatoire et Jardin botaniques, des pages manuscrites décrivent cet ergot de seigle - champignon parasite dont Hoffmann tirera le LSD en 1941 - expliquant peut-être l'imagination débridée de l'auteure britannique de 19 ans. Au musée des Suisses dans le monde, au Château de Penthes, des carnets d'aquarelles évoquent le voyage. Au Musée d'histoire des sciences, on découvre la première pile électrique mise au point en 1800 par Alessandro Volta, composée de trois disques de cuir, de zinc et de carton imbibé d'eau salée. Et ainsi de suite, du Musée d'art et d'histoire à la Fondation Bodmer, du Museum à la Bibliothèque de Genève.

Le parcours a été testé samedi par des auditeurs de RTS la Première, gagnants d'un concours et ravis de suivre d'un musée à l'autre les explications de Claude-Hubert Tatot, historien de l'art et enseignant à la HEAD. Le jeu de piste muséal MDCCCXVI - Post Lucem Tenebrae peut être effectué, individuellement, jusqu'au 30 mai 2014. Une manière ludique et décalée de (re)découvrir les musées genevois.

MDCCCXVI - Post Lucem Tenebrae, parcours muséal jusqu'au 30 mai 2014. Renseignements sur www.nuitdesmusees-geneve.ch

Musées genevois ouverts toute la journée du dimanche 18 mai, de 11 à 18 heures, dans le cadre de la Nuit des Musées. Entrée gratuite. (TDG)

Créé: 18.05.2014, 10h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...