Craintes autour du trafic de la future autoroute du Chablais

MobilitéDes élus redoutent que la nouvelle liaison autoroutière entre Thonon et Machilly ne génère un fort trafic sur les petites routes de leur commune.

Une étude d'impact prévoit une hausse de trafic de 42% aux heures de pointe du matin qui se diffuserait sur les axes frontaliers avec la Suisse. Image d'illustration.

Une étude d'impact prévoit une hausse de trafic de 42% aux heures de pointe du matin qui se diffuserait sur les axes frontaliers avec la Suisse. Image d'illustration. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils craignent de voir débarquer un flot de voitures qui transiteraient par leurs petites routes communales et le font savoir. Onze élus, dont le président d'«Annemasse Agglo» et les maires des communes suisses de Jussy, Meinier, Puplinge, Gy, Presinge, Choulex ou encore des communes françaises de Ville-la-Grand ou Saint-Cergues font étalage de leurs inquiétudes dans un communiqué. Source de leur tourment: la future autoroute devant relier Thonon à Machilly en Haute-Savoie (voir ci-dessous), déclarée d'utilité publique en décembre 2019 par le premier ministre Edouard Philippe.

Pour étayer leur crainte, les élus se réfèrent à une étude d'impact dont la «Tribune de Genève» avait déjà fait état en 2018 (lire ci-dessous). Cette dernière prévoit, selon les simulations, que 42% du trafic venu de Thonon par la nouvelle infrastructure autoroutière, aux heures de pointe du matin, se diffuseraient sur les axes frontaliers avec la Suisse. Il s’agit des routes départementales 1 (entre Machilly et Monniaz), 15 (longeant la frontière entre Saint-Cergues et Ville-la-Grand) et 35 (menant à Veigy-Foncenex). Le trafic autour des douanes notamment de Gy, Veigy, Monniaz, la Renfile ou encore Cara inquiètent également les maires, s'agissant d'un transit sur des routes «inadaptées» et passant «à travers les villages de [leurs] communes».


Lire également «L’autoroute vers Thonon brave les réticences suisses»

Dans leur missive, les élus demandent «aux autorités compétentes» – suisses et françaises – de mener des études afin de réduire de 25% «au moins» le trafic aux douanes citées plus haut. À cet effet, ils proposent leurs propres mesures comme un covoiturage obligatoire aux heures de pointe, l'installation de feux-rouges de régulation sur certaines voies, le rétrécissement de chaussées ou encore la mise en service de lignes transfrontalières de bus avec les gares de Machilly et d'Annemasse.


Sur ce même sujet: «La Ville de Genève part en guerre contre la future autoroute du Chablais»

Les autorités genevoises «conscientes» des préoccupations

Le département des Infrastructures (DI), chargé des questions de mobilité, n'a pas tardé à réagir. Par la voix de son secrétaire général adjoint Roland Godel, il fait savoir qu'il est «conscient des nuisances provoquées par le trafic pendulaire traversant des villages et des routes inadaptées» et dit comprendre la «préoccupation des communes côté Chablais». Concrètement? Le département compte «développer une collaboration franco-genevoise pour examiner la situation de ces douanes et rechercher des solutions efficaces aux nuisances induites par les mouvements pendulaires, comme cela a été fait au niveau des petites douanes du sud du canton», écrit Roland Godel. «Sur la base d’une analyse pointue des passages aux douanes du secteur et de leur projection future, un mode opératoire et un éventail de mesures appropriées pourra être examiné avec les communes franco-suisses.» Ce projet, annonce encore le DI, pourrait «avancer concrètement (...) après les élections municipales».

Créé: 20.02.2020, 17h08

Articles en relation

L'autoroute du Chablais ne concurrence pas le train, selon le TCS

Mobilité Le Touring Club Suisse déplore le recours de la ville de Genève contre le projet routier haut-savoyard. Il propose une gare couplée à un P+R. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...