Des corneilles attaquent des passants à Cornavin: un blessé

InsoliteUn couple a chargé les badauds jeudi pour sauver son petit. Bilan: deux oiseaux morts, un blessé et une zone bouclée par la police

La police municipale établit un périmètre de sécurité à la rue du Mont-Blanc, sur les lieux de l'agression. Photo: Antonio Nicolini, info-lecteur

La police municipale établit un périmètre de sécurité à la rue du Mont-Blanc, sur les lieux de l'agression. Photo: Antonio Nicolini, info-lecteur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les agressions ont commencé vers 16 h 30 jeudi. Piétons, cyclistes, personne n’a été épargné. Les épaules sont griffées, les crânes écorchés. Il a fallu faire venir une ambulance. La police a fini par boucler la zone en déterminant un périmètre de sécurité. Tout ça à cause d’un couple qui voulait protéger son rejeton. Un couple… de corneilles! Une attaque «exceptionnelle», selon les spécialistes de l’environnement et de la faune.

«Des piqués, bec en avant»

Deux corneilles ont élu domicile dans un arbre au 11, rue du Mont-Blanc. Jeudi, leur petit est tombé du nid. Ou il a simplement raté son envol inaugural. Sautillant de table en table, de capot en capot, il tente désespérément de s’envoler. Sur son arbre perché, le couple corneille croasse de tout son saoûl pour éloigner les badauds.

«D’abord, on rigolait, raconte Fabien Decourioux, employé à la boulangerie du coin. Les oiseaux tournoyaient au-dessus des gens. Et d’un coup, l’un est passé à l’attaque! Là on ne rigolait plus du tout. Les clients en terrasse sont rentrés à l’intérieur et ma collègue criait aux passants de faire attention.» Michel Bornand, propriétaire d’une boutique voisine, a aussi assisté à la scène. «Quand j’ai ouvert à 16 h, les corneilles semblaient déjà énervées. Et soudain, elles ont commencé à effectuer des piqués, le bec en avant, en rase-mottes! Plus de vingt passants se sont fait agresser. J’ai appelé la police.»

Les autorités décident d’établir un périmètre de sécurité. «Ça peut prêter à sourire mais les corneilles étaient vraiment inamicales, précise Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole. De mémoire c’est la première fois qu’on est sollicité pour un tel cas! D’habitude, on intervient plutôt pour des cygnes.» Tellement exceptionnel que Fabien Decourioux a eu du mal à être prise au sérieux lorsqu’il appelle une ambulance. «Un monsieur avait le crâne en sang. Ils l’ont soigné sur place.» Un garde de l’environnement est aussi appelé en renfort. Son verdict est sans appel: il arme son fusil, la balle en plomb fuse. Pourquoi ne pas endormir l’oiseau et le transporter ailleurs? «Cette corneille ayant été particulièrement agressive et la population de cette espèce se portant à merveille, il est préférable de l’euthanasier, afin de garantir qu’un tel incident ne se reproduise pas», répond Alain Rauss, chef du Service des gardes de l’environnement.

Quid du petit? «Il a été emporté pour éviter d’autres agressions par l’adulte restant puis euthanasié. Il n’était pas opportun de l’élever pour le relâcher ailleurs, toujours au motif que la population de corneilles noires est florissante, voire crée des perturbations à certains endroits.» Au Grand-Lancy par exemple, trois moutons nouveaux-nés sont morts depuis début avril, attaqués par des corneilles.

Un cas «exceptionnel»

Alain Rauss insiste sur le caractère «exceptionnel» de ce cas: «Nous recevons chaque année des appels pour nous signaler des corneilles agressives. Mais c’est très rare qu’elles s’en prennent à un animal vivant — ce sont des charognards — et encore plus à l’homme.» Comment expliquer ce comportement? «Lors de la période de reproduction, elles sont agressives, surtout lorsqu’elles défendent leur petit. Mais en général, elles se contentent de lancer des charges d’intimidation et n’en arrivent jamais à s'attaquer à l’homme.»

Des conseils pour éviter de se faire scalper par une corneille surprotectrice? «Il faut éviter de favoriser l’accès à la nourriture, donc ne pas nourrir les oiseaux et ne pas laisser traîner les poubelles. Car plus ils sont nourris, plus ils se reproduisent et plus ils pullulent. Ensuite, il faut éviter la confrontation avec les corneilles et s’éloigner des petits. S’ils sont blessés, appelez la centrale des gardes de l’environnement ou le Centre ornithologique de Genthod.»

Vidéo:

* filmé par Antonio Nicolini, info-lecteur (TDG)

Créé: 15.05.2015, 19h08

Articles en relation

La corneille est une corneille pour l'Homme

La revue des blogs Sylvain Thévoz sur les attaques de corneilles, Edmée Cuttat sur Mad Max, Pascal Décaillet sur les élections municipales, et Alain Bagnoud sur la poésie. Plus...

Des corneilles attaquent des passants près de la gare

Genève Une personne a été blessée à la tête notamment. Des policiers sont intervenus pour sécuriser les lieux de l'agression. Plus...

Trois agneaux attaqués par des corneilles

Grand-Lancy Les yeux crevés par les volatiles, deux moutons nouveau-nés de la ferme de la Gavotte sont morts. Un troisième a dû être abattu. Plus...

Infobox

L'oiseau de Hitchock, prêt à fondre sur le premier venu et lui picorer les yeux, relève encore du mythe et ce n’est pas cette attaque qui change la donne.
Ce ne sont pas les hommes qui doivent craindre la corneille mais les cultures, qu’elle pille et détruit. Des mesures ont été prises: des dispositions légales autorisent certains agriculteurs à tirer les volatiles et divers moyens d’effarouchement sont mis en place. Pas d’invasion massive à craindre non plus, «la population des nicheuses – qui élèvent des petits – est stable, explique Alain Rauss. Par contre, les non-nicheuses fluctuent, selon l’offre de nourriture à Genève et en France voisine.» En revanche, l’Etat s’inquiète davantage de l’augmentation du nombre de corbeaux freux, qu’on confond souvent avec la corneille. Ils vivent en colonie, sont beaucoup plus bruyants et se distinguent notamment par la base gris clair de leur bec.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...