Passer au contenu principal

Sortie en raquettes sur le Salève au clair de lune

Plongée dans l’histoire de la colline du Grand Genève avec en prime un festival de lumières à perte de vue.

Rendez-vous est pris en fin d’après-midi, samedi, au parking du haut de la Croisette. Silvana et Emmanuelle distribuent raquettes, bâtons et lampes frontales à la vingtaine de participants à cette troisième randonnée au clair de lune, sur le Salève. Dans le groupe, quelques marcheurs, mais essentiellement des novices qui n’ont jamais crapahuté avec ces grosses semelles de plastique. Certains ont fait le déplacement d’Angleterre ou de Lyon, juste pour l’occasion. Le coucher du soleil salue le lever exceptionnel d’une lune presque pleine.

La première étape consiste en un petit échauffement ludique sur un pâturage. Chausser les raquettes s’avère ensuite légèrement fastidieux. Afin de profiter de la balade et du spectacle, le groupe est scindé en deux. On suit Emmanuelle, d’un bon pas, jusqu’à une première étape dans la forêt. Sous un arbre, des traces émergent d’un fourré. «De quel animal s’agit-il?» interroge la guide alpine. Un sanglier? Un daim? Un renard? Mais non, juste un lièvre… «Dans quel sens va l’animal?» Chacun y va de sa petite hypothèse et teste par une cabriole. On profite pour se ravitailler en eau ou enlever un pull car, malgré une température frisant avec les gelées, on transpire déjà.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.