Passer au contenu principal

Convertir des bureaux vides? Ça ne marche pas

Les Genevois ont accepté, il y a quatre ans, d’assouplir la loi pour transformer des bureaux en logements. La bonne idée est presque restée lettre morte.

Cet immeuble rue du Diorama appartenait à Ronald Zacharias, auteur de la loi sur les transformations. Ses bureaux sont désormais convertis en appartements.
Cet immeuble rue du Diorama appartenait à Ronald Zacharias, auteur de la loi sur les transformations. Ses bureaux sont désormais convertis en appartements.
STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Transformer des bureaux en logements. Pour une majorité de Genevois, c’était l’évidence même, la bonne idée qui allait mettre sur le marché des centaines d’appartements. Il y a quatre ans, en juin 2015, 58% des votants ont donc décidé d’ouvrir ce sésame en assouplissant la loi sur les démolitions, transformations et rénovations, la LDTR. Tous ces bureaux vides paraissaient absurdes dans une ville où il est si difficile de se loger, il fallait les transformer. Aujourd’hui encore, ceux qui s’opposent à la construction de nouveaux quartiers brandissent cette solution comme un dérivatif.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.