Les contrats qui fâchent à Genève Aéroport

AffairesPlusieurs mandats ont été attribués dans des conditions controversées à Cointrin. Tour d'horizon.

La justice enquête sur plusieurs adjudications de marché public à Cointrin.

La justice enquête sur plusieurs adjudications de marché public à Cointrin. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Accueil des passagers En février 2018, l'aéroport octroie à l'entreprise Securitas le mandat pour l'accueil des passagers, juste avant les contrôles de sécurité. ISS Facility Services, qui assurait cette fonction jusque-là, avait pourtant fait ses preuves et faisait une offre moins cher. La justice est sollicitée et, en décembre, l'aéroport est condamné à verser une indemnité de 33'000 francs à ISS, pour dommages et intérêts. L'appel d'offres, divisé en trois lots (accueil des passagers, contrôle de sécurité et celui des bagages en soute), devait être attribué à trois entreprises différentes, souligne la Chambre administrative. Or Securitas est affiliée à Custodio, la société qui a remporté le troisième lot. Les adjudications qui fâchent à Cointrin? Pas nouveau: en 2011, quand ISS a obtenu le mandat au détriment de SPS, cette dernière avait fait part de son incompréhension).

Contrôle des bagages Custodio obtient début 2018 le renouvellement de son mandat pour le contrôle des bagages en soute, malgré des résultats en demi-teinte (taux d'absentéisme élevé et manque de rigueur parmi ses effectifs). La filiale de Securitas avait en outre fait une offre plus onéreuse que celle de son concurrent ICTS. Le patron de la sûreté de l'aéroport, chapeaute également cet appel d'offres.

Assistance au sol Le 23 mars 2016, l'aéroport attribue à Swissport et Dnata ses concessions pour le services d'assistance au sol des avions. Dnata, une entreprise émiratie, obtient tout juste le renouvellement de son mandat, quelques semaines après le voyage controversé de Pierre Maudet à Abu Dhabi. Certains observateurs y voient un lien, d'autant plus que Dnata propose des conditions de travail difficiles et que la société arrivée en troisième place de l'appel d'offre, non retenue, en promettait de meilleures. Pour «faire cesser les suspicions», le conseil d'administration de l'aéroport a sollicité la Cour des Comptes, qui n'a finalement pas ouvert de procédure car le Ministère public en a lancé une. Son enquête est en cours.

Formation au contrôle des bagages En 2015, Genève Aéroport externalise la formation des agents de l'aéroport, qui gèrent le contrôle des bagages, ainsi que le contrôle qualité dans la sûreté. Aucun appel d'offre n'est proposé (faute de concurrence, selon l'aéroport) et c'est une société gérée par un ex-associé du chef de la sûreté, qui obtient le mandat. Durant cinq ans, Selon «Le Temps», le haut cadre aurait touché des pots-de-vin de l'entreprise en question. En 2018, celle-ci facture quatre millions de francs à Genève Aéroport pour ses services, selon «Le Courrier». Le Ministère public a fait arrêter le patron de la société et le cadre mercredi pour soupçon de corruption.

Détecteur de métaux Depuis décembre 2016, Cointrin exploite plusieurs tapis détecteurs de métaux qui doivent accélérer le processus de contrôle des passagers, en permettant aux passagers de ne pas enlever leurs chaussures, par exemple. Ces outils ont été vendus par un fournisseur sans appel d'offres. L'un de ses administrateurs est ici aussi un ancien associé du chef de la sûreté. Selon «Le Courrier», cette technologie n'a pas encore fait ses preuves.

Créé: 16.05.2019, 15h47

Articles en relation

Un rapport de la Cour des comptes accable l’Aéroport

Soupçons de corruption Au lendemain de l’arrestation du chef de la sûreté de Cointrin, les juges relèvent d’importants dysfonctionnements dans plusieurs adjudications et mandats. Plus...

Une affaire de corruption touche Genève Aéroport

Marchés publics Le chef de la sûreté et le directeur d’une entreprise de sécurité et de conseil genevoise ont été interpellés par la police. Plus...

Serge Dal Busco: «Il faut corriger ces graves défaillances»

Soupçons de corruption à l'aéroport En septembre 2018 déjà, le conseiller d’État chargé de l'aéroport avait incité le conseil d'administration à saisir la Cour des comptes au sujet des adjudications. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...