Passer au contenu principal

«La Constituante a «oublié» les droits politiques des étrangers»

Des associations s'inquiètent que l'octroi de nouveaux droits politiques aux résidents étrangers fasse aussi peu débat au sein de l'Assemblée constituante. Elles ont questionné tous les groupes représentés.

Alors que la Constituante entame aujourd'hui la deuxième lecture de son projet de Constitution, les défenseurs des résidents étrangers montent au créneau. "Pour l'instant, le projet de nouvelle Constitution genevoise ne contient aucune avancée en matière de droit politique pour les étrangers, dénonce Dario Ciprut, membre de ViVRe (Vivre, Voter, Représenter). L'octroi de l'éligibilité au niveau communal n'est même pas garanti puisqu'il figure dans une disposition transitoire qui nécessitera un vote particulier de la population. ViVRe ne soutiendra pas un projet qui aurait le statu quo pour horizon." Estimant que le sujet n'a pas été suffisamment au cœur des débats sur la nouvelle Constitution, le collectif d'associations a questionné les onze groupes qui constituent l'assemblée. Seuls le PDC, G(e)avance et l'UDC n'ont pas répondu à leur demande. L'éligibilité au niveau communal n'est refusée explicitement que par le MCG et les Libéraux indépendants. On peut toutefois, sans risque de se tromper, ajouter l'UDC et, très vraisemblablement, G(e)avance. C'est donc la position du PDC, qui n'a pas répondu au questionnaire, qui sera déterminante. "Sur ces sujets, ce sont les partis du centre qui font habituellement pencher la balance, commente Alpha Dramé, également membre de ViVRE. Il est regrettable que le PDC ne se positionne pas." En revanche, l'octroi de droits au niveau cantonal pourrait très difficilement réunir une majorité. La gauche, l'AVIVO et les associations y sont favorables, mais les soutiens au-delà semblent inexistants. Enfin, SolidaritéS est le seul groupe à reconnaître que l'absence de l'éligibilité au niveau communal dans le projet final constituerait un motif suffisant pour refuser l'ensemble de la Constitution. "Les associations, les socialistes et les Verts réservent leur position finale à une décision de leur assemblée générale sur le texte définitif", précise Julien Cart, du même collectif.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.