Un conseiller municipal MCG porte plainte pour diffamation contre treize de ses collègues

GenèveSuite à un statut publié sur les réseaux sociaux, des élus de gauche avaient demandé au bureau de sanctionner Laurent Leisi.

Les associations lesbiennes, gays, bisexuelles et trans ont condamné des «propos injurieux et homophobes» faits par Laurent Leisi, et ont manifesté leur colère le 13 septembre devant l’Hôtel de Ville.

Les associations lesbiennes, gays, bisexuelles et trans ont condamné des «propos injurieux et homophobes» faits par Laurent Leisi, et ont manifesté leur colère le 13 septembre devant l’Hôtel de Ville. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«J’ai été traîné dans la boue, cloué au pilori sans le moindre procès», estime le conseiller municipal MCG en Ville de Genève Laurent Leisi. C’est donc pour «défendre son honneur et son éthique» qu’il a déposé une plainte pénale pour diffamation à l’encontre de treize conseillers municipaux de l’Alternative. Il leur reproche d’avoir soutenu le 27 septembre un projet de résolution intitulé «Pas d’homophobie au Conseil municipal», condamnant «les termes homophobes employés publiquement par Laurent Leisi».

L’histoire démarre au début de septembre. À l’occasion du décès de l’homme d’affaires français Pierre Bergé, ex-compagnon d’Yves Saint Laurent, l’élu MCG publie un statut Facebook dans lequel il invite à fêter cet événement comme étant un «bienfait pour l’humanité». Et de qualifier le défunt de «pornocrate avéré» ou encore de «libérateur de l’expression pédophile».

De quoi entraîner de multiples réactions. Les associations lesbiennes, gays, bisexuelles et trans condamnent ces «propos injurieux et homophobes». Et manifestent leur colère le 13 septembre devant l’Hôtel de Ville, allant jusqu’à présenter Laurent Leisi sous les traits d’Adolf Hitler.

Le bureau du Municipal, estimant qu’il n’est pas de son ressort de se positionner sur des propos diffusés hors de son enceinte, ne sanctionne pas l’élu MCG. S’ensuit le projet de résolution portée par la gauche. De son côté, la présidente du MCG, Ana Roch, explique que le parti «surveille» les publications de ce membre très actif sur les réseaux sociaux. Puis conteste le caractère homophobe de sa prose.

«Soupçons de pédophilie»

Tel est l’un des arguments avancés par Laurent Leisi, assisté par Me Daniel Meyer. «Mes propos attaquaient Pierre Bergé en tant que mondialiste virulent, ainsi que sur les soupçons de pédophilie qui pesaient sur lui», déclare le conseiller municipal. La plainte revient sur la définition de terme «pornocrate», soit une «personne qui fait du plaisir, de la jouissance, sa règle de vie» ou, citant le site Internet du Larousse, «une personne qui fait le commerce de la pornographie».

Il argumente l’usage de ce terme en faisant référence à l’ouvrage de Fabrice Thomas Saint Laurent et moi ou encore en indiquant que «Pierre Bergé a fait rééditer La vilaine Lulu d’Yves Saint Laurent (ndlr: une bande dessinée pour adultes datant de 1967).» Enfin, le plaignant va plus loin en fustigeant le texte parlementaire, «qui prétend que la pédophilie serait une orientation sexuelle. Ce qui me semble choquant.» La plainte est désormais entre les mains du Ministère public.

(TDG)

Créé: 21.01.2018, 17h48

Articles en relation

Le MCG resserre les rangs autour de Laurent Leisi

Propos injurieux D’un parti à l’autre, les avis sont partagés sur les suites à donner à cette affaire. Plus...

Condamnation des propos tenus par un élu de la Ville

Genève La Fédération LGBT demande des mesures du MCG à l’encontre de son conseiller municipal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Khashoggi, l'Arabie saoudite et le Yémen
Plus...