Le Conseil d’État veut protéger la Loterie Romande

Votations du 10 juinLe gouvernement genevois appelle à accepter la loi sur les jeux d’argent qui freinera les jeux illégaux sur Internet.

François Longchamp:«Nous voulons que les bénéfices retirés des jeux d’argent continuent à servir le bien commun

François Longchamp:«Nous voulons que les bénéfices retirés des jeux d’argent continuent à servir le bien commun" Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a la règle générale et il y a les exceptions. Le Conseil d’État ne prend que rarement position sur un objet de votation fédérale, mais il l’a fait mercredi sur la loi sur les jeux d’argent, soumise aux Suisses le 10 juin. «Nous voulons que les bénéfices retirés des jeux d’argent continuent à servir le bien commun, a expliqué François Longchamp, son président. C’est ce que permettra cette loi, qui vise notamment à combattre l’essor des jeux d’argent sur Internet exploités illégalement par des sociétés basées à l’étranger.»

«Nous ne prenons position que lorsque la question touche à l’intérêt supérieur du canton, poursuit François Longchamp. Cela a été le cas lors de la votation du 4 mars sur Billag, ça l’est aujourd’hui sur les jeux d’argent.» Le principe général de l’affectation des bénéfices de ces jeux à l’utilité publique a été approuvé par la population le 11 mars 2012 à une majorité de 87%. Or le développement des jeux sur des sites étrangers illégaux mettrait en péril ce principe. Aujourd’hui déjà, près de 300 millions de francs filent à l’étranger annuellement.

37 millions pour Genève

La Loterie Romande distribue, elle, 210 millions de francs par an, dont 37 millions reviennent à Genève. «Étant donné l’évolution des pratiques des joueurs – qui se tournent de plus en plus vers l’offre en ligne – il y a un risque si cette loi est refusée que la capacité d’action de la Loterie Romande soit gravement affectée.»

Et le président de dénoncer «un référendum très particulier», puisque financé par deux sociétés basées à l’étranger, propriétaires de sites de jeux. «Les référendaires invoquent la liberté d’expression alors que leur vraie motivation est commerciale», conclut-il.

Retraite des policiers

Prenant le relais, Pierre Maudet a ensuite évoqué un autre objet de votation, cantonal celui-là: la caisse de pension de la police. Les Genevois diront le 10 juin s’ils veulent, comme le Conseil d’État, que ce soient les policiers qui financent de leurs poches les coûts de rattrapage de leur caisse de pension lorsqu’ils montent en grade. Actuellement, c’est l’État qui assume cette charge.

Pierre Maudet a plaidé l’égalité de traitement avec les autres fonctionnaires. La loi adoptée par le Grand Conseil en octobre 2017 avait été attaquée par un référendum lancé par Ensemble à Gauche et le MCG.

Créé: 09.05.2018, 18h11

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...