Passer au contenu principal

Le Conseil d’État lance l’opération «Genève 2050»

Une démarche prospective sur l’avenir du canton démarre. La population aura aussi son mot à dire.

Le pilotage politique de la démarche a été confié à Pierre Maudet, Serge Dal Busco et Antonio Hodgers, qui composent la délégation du Conseil d’État à l’aménagement, au transport et au transfrontalier.
Le pilotage politique de la démarche a été confié à Pierre Maudet, Serge Dal Busco et Antonio Hodgers, qui composent la délégation du Conseil d’État à l’aménagement, au transport et au transfrontalier.
E.Gastaldello

À quoi pourrait ressembler Genève dans un peu plus de trente ans? Et plus encore: quelle Genève souhaitons-nous et quels moyens utiliser pour qu’elle existe? C’est à ce type de questions que tentera de répondre le projet Genève 2050, une démarche prospective lancée par le Conseil d’État. Mercredi, il a adopté un rapport posant les enjeux et donnant la marche à suivre.

Annoncée dans le discours de Saint-Pierre, cette réflexion ne sera pas le fruit de la seule administration cantonale et du gouvernement, elle sera ouverte à d’autres entités: communes, organisations de jeunesse, écoles, partenaires du Grand Genève. Elle englobera également la population. Cette dernière sera consultée dans le courant de l’hiver par le biais d’une plate-forme numérique et la mise à disposition d’un lieu de débats et d’animations. Il se situera à l’espace de concertation 3DD, sis rue David-Dufour.

Quatre scénarios souhaitables

«Cette démarche invite à voir large, à voir ensemble et à imaginer, afin de se préparer aux développements futurs et d’être en mesure d’intervenir de façon cohérente face aux profonds changements politiques, écologiques, économiques et sociaux à venir», explique le Conseil d’État.

Afin que la réflexion ne parte pas d’une page blanche, le rapport propose plusieurs scénarios visant à explorer la diversité des futurs possibles. Ils ne comprennent pas de scénario catastrophe, mais des évolutions souhaitables. Ils ambitionnent ainsi «une Genève prospective, innovante, durable et apprenante».

Un trio pour le pilotage politique

Ce premier rapport est le résultat d’un travail entamé il y a un an au sein de l’administration. Une commission de prospective réunissant des représentants de plusieurs départements a été formellement créée mercredi. Le pilotage politique de la démarche a été confié à Pierre Maudet, Serge Dal Busco et Antonio Hodgers, qui composent la délégation du Conseil d’État à l’aménagement, au transport et au transfrontalier.

Au cours des prochains mois seront associés les acteurs déjà cités n’appartenant pas à l’État. Des ateliers de travail prospectifs seront ouverts avec les communes et les partenaires de l’agglomération.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.