Le Conseil d’État enterre SCORE faute d’adhésion

ProjetLancé en 2010, le projet de système d’évaluation des fonctions à l’État est abandonné, mais une nouvelle réforme arrive.

Le projet SCORE a fait face à de nombreuses oppositions.

Le projet SCORE a fait face à de nombreuses oppositions. Image: Pascal Frautschi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mercredi, le Conseil d’État a pris acte qu’il n’obtiendrait jamais l’adhésion de la fonction publique (y compris des cadres) au projet SCORE (Système compétence, rémunération, évaluation), critiqué pour son manque de transparence par les représentants des 50000 collaborateurs concernés. Le gouvernement retire par conséquent le projet de loi qui est pendant devant le Grand Conseil.

Parallèlement, Nathalie Fontanet annonce qu’elle va s’atteler à un nouveau projet «qui associera dès le départ les organisations représentatives du personnel». Une double décision qui a été saluée comme une victoire par le Cartel intersyndical de la fonction publique et les syndicats.

Trop de méfiance

SCORE, c’est au fond une histoire d’amour impossible avec la fonction publique. Parce que la relation est partie sur de très mauvaises bases. Au cœur du projet de ce système d’évaluation des métiers – et donc des salaires – de la fonction publique (petit et grand État) se trouve un logiciel contenant les critères d’évaluation. Or, le Conseil d’État ne pouvait les dévoiler, ce programme appartenant à une société privée. Ce handicap de départ a miné le projet. Les Conseils d’État successifs, qui se sont attelés à la tâche depuis que David Hiler a lancé le projet en 2010, n’ont jamais pu regagner la confiance du Cartel et des cadres.

Nathalie Fontanet, la responsable des Finances et des ressources humaines de l’État, a toutefois refusé le terme d’échec: «Je parlerais plutôt de courage et d’honnêteté du Conseil d’État, a-t-elle répliqué devant les médias. Le projet a été porté par plusieurs Conseils d’État mais a toujours été perçu comme une boîte noire. Et il a été impossible de corriger cela.»

Antonio Hodgers, le président, confirme: «Le péché originel de SCORE, c’était ce logiciel de distribution que le Conseil d’État devait contractuellement tenir secret. Comment être crédible sur la transparence après cela?»

Un coût de 1,6 million

Au fil des nombreuses négociations menées avec les représentants du personnel, le Conseil d’État est entré en matière sur certaines revendications. Des 60 millions que devait au départ coûter SCORE, on était passé à 79 millions en automne 2019. Malgré ces concessions, la méfiance a perduré.

Nathalie Fontanet a estimé que la conduite du projet aura coûté 1,6 million de francs en dix ans, l’État ayant compté essentiellement sur ses propres ressources. La conseillère d’État a mis cette somme en balance des 5 milliards que représentent annuellement les charges de la fonction publique.

Sur le fond, la modernisation du système d’évaluation était nécessaire, et l’est toujours. L’actuel date de 1975. Le besoin de revaloriser certaines fonctions (dans la santé et le social notamment) fait également l’unanimité. Mais d’autres y auraient perdu (sans baisse des salaires mais avec un gel de la progression salariale jusqu’à l’alignement sur la grille SCORE). Et c’est logiquement à ce niveau que cela a le plus coincé.

Plutôt que s’entêter, Nathalie Fontanet a donc décidé de remettre les compteurs à zéro. «Un nouveau projet doit moderniser les critères d’évaluation des fonctions et les adapter au monde du travail d’aujourd’hui», a-t-elle précisé. Et de promettre un plan d’ici à quelques mois.

Dans un communiqué, le Cartel «a pris note avec satisfaction» de la décision de retirer le projet. Il dit être disponible à collaborer pour faire évoluer le système actuel.

Créé: 26.02.2020, 18h48

Articles en relation

Score, le mot qui fait peur aux fonctionnaires genevois

2010-2017 Près de 40'000 agents de la fonction publique genevoise sont concernés par la réforme de la grille des métiers et des salaires de l'Etat. Plus...

La fonction publique rompt la négociation avec le Conseil d’État

Projet de grille salariale Le Cartel ne veut plus discuter de SCORE avec le gouvernement. Une manifestation est prévue le 11 novembre. Plus...

Le Cartel met le Conseil d’État devant un nouvel ultimatum

Grille des salaires Patrick Flury demande au gouvernement de renoncer à déposer un projet de loi sur SCORE contre la paix du travail. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...