Pierre Maudet reste président et garde la Police

GenèveCertaines prérogatives de représentation ou administratives sont retirées au magistrat PLR. Pour le reste, il conserve ses deux départements et son rôle à l'aéroport

Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pierre Maudet reste président du Conseil d'État genevois et chef du Département de la sécurité. Le gouvernement n'a pas voulu lui retirer ses dicastères pendant l'enquête sur son voyage contesté à Abu Dhabi. En revanche, certaines de ses prérogatives lui ont été retirées.

Lors d'un point presse ce mercredi après-midi, le Conseil d'État s'est exprimé par la voix d'Antonio Hodgers, vice-président, et par celle de Pierre Maudet lui-même. L'ensemble du gouvernement était présent.

Le Ministère public genevois ayant annoncé son souhait de mettre Pierre Maudet en prévention, le Conseil d'État a retiré au magistrat PLR ses tâches de représentation du gouvernement vis-à-vis de l'extérieur et des institutions.

«Il s'agit de préserver une sérénité, une stabilité et une crédibilité dans les relations face à l'extérieur, aux institutions et aux médias», a expliqué le Vert Antonio Hodgers. Le gouvernement veut créer une «étanchéité claire» entre Pierre Maudet et le Ministère public, qui mène l'enquête sur lui. En revanche, il reste chargé de la Police.

Pourquoi lui laisser la Police alors qu'une enquête pénale est en cours? «L'enquête est menée par l'Inspection générale des services (IGS), a expliqué Antonio Hodgers. Celle-ci dépend directement du Ministère public et non du Département de la sécurité.» Le volet de supervision administrative de l'IGS sera en revanche assuré dès à présent par Mauro Poggia.

Qu'en est-il des mensonges que Pierre Maudet aurait échafaudés sur son voyage, selon le Ministère public? Le Conseil d'État ne veut pas se prononcer sur cet aspect, qui relève de l'enquête pénale. Mais Antonio Hodgers a admis que la confiance de certains membres du Conseil d'État «a pu être ébranlée».

Quant au rôle de Pierre Maudet au sein de Genève Aéroport, rien ne change. «Je rappelle que depuis trois ans le représentant du Conseil d'État au sein de l'aéroport n'en préside plus le conseil d'administration», a relevé Pierre Maudet.

Ci-dessous, vous pouvez lire le communiqué du Conseil d'État.

(Développement suit)


Le texte du communiqué du Conseil d'État:

"Le Conseil d’État a pris connaissance de la demande d'autorisation de poursuivre déposée par le Ministère public au Grand Conseil le jeudi 30 août, dans la perspective d'entendre Monsieur le conseiller d’État Pierre Maudet en qualité de prévenu.

Il s’est réuni depuis lors en séances extraordinaires, sous la présidence du conseiller d’État Antonio Hodgers, vice-président.

Le Conseil d’État ne souhaite pas entrer dans une instruction des faits à l'origine de la demande du Ministère public, qui relève de la compétence des autorités judiciaires, respectivement de celle du Grand Conseil en ce qui concerne l’autorisation de poursuivre. Il a pris des dispositions de nature à assurer le bon fonctionnement des institutions et la sérénité indispensable à l’action gouvernementale. De plus, il souhaite éviter tout soupçon de conflit d’intérêts ou d’intrusion dans la procédure actuellement menée par le Ministère public, notamment avec l’appui de l’inspection générale des services (IGS).

Dans cette perspective, indépendamment de ce que pourra être l'issue de la procédure en cours et en accord avec Monsieur le conseiller d’État Pierre Maudet, le collège gouvernemental a pris ce matin les dispositions organisationnelles provisoires suivantes:

Les prérogatives de la présidence du Conseil d’État en matière de représentation extérieure du collège, de représentation à l'égard du Grand Conseil, de préparation et de présidence des séances du collège gouvernemental sont provisoirement confiées à la vice-présidence du Conseil d’État. Les autres activités du département présidentiel (surveillance des communes, Genève internationale, affaires extérieures et affaires économiques) continueront à être assumées par le titulaire.

Toutes les relations institutionnelles entre le pouvoir judiciaire et le département de la sécurité sont assurées par Monsieur le conseiller d'Etat Mauro Poggia, en sa qualité de suppléant du chef du département de la sécurité.

L'exercice des responsabilités hiérarchiques du chef du département de la sécurité en tant que supérieur de la cheffe de la police pour ce qui touche à ses responsabilités administratives sur l'IGS sont assurées par Monsieur le conseiller d’État Mauro Poggia, en sa qualité de suppléant du chef du département de la sécurité.

Monsieur le conseiller d’État Pierre Maudet conserve, par conséquent, la direction du département présidentiel et du département de la sécurité et assume toutes les autres tâches y relatives.

Ces mesures ne modifient pas l’organisation administrative cantonale, telle qu’adoptée par le Conseil d’État le 1er juin et approuvée par résolution du Grand Conseil le 21 juin 2018.

Les dispositions prises ce jour et telles qu'énoncées ci-dessus resteront en vigueur tant et aussi longtemps que l'évolution du dossier ne justifie pas, pour le Conseil d’État, leur révision ou leur révocation."

(TDG)

Créé: 05.09.2018, 11h49

Articles en relation

Les feux sont au rouge entre Maudet et Jornot

Voyage d’Abu Dhabi Après la demande de mise en prévention du Ministère public, les relations avec le pouvoir judiciaire vont vite s’étioler. Plus...

Pierre Maudet: la stratégie du silence

Politique Pas un mot du président du Conseil d’État en public depuis des jours. Un suspense vécu plus ou moins bien. Plus...

Il n’y aura pas de session spéciale sur l’affaire Maudet

Voyage à Abu Dhabi La levée de l’immunité du conseiller d’État sera sans doute traitée par le Grand Conseil le 20 septembre. Plus...

«Il est impensable de ne pas dessaisir Pierre Maudet»

Voyage d’Abu Dhabi Pour le politologue Pascal Sciarini, durant l’enquête, il est impossible de laisser au président du Conseil d’État ses responsabilités actuelles. Plus...

Guy Olivier Segond: «Pierre Maudet a fait une grosse bêtise»

L'ancien conseiller d'Etat radical Guy-Olivier Segond est un proche de Pierre Maudet, auquel il a fait confiance très tôt. Que pense-t-il de la tournure prise par les événements depuis jeudi? Nuancé, il reconnaît une erreur, mais met en garde contre des interprétations trop émotionnelles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...