Le Conseil administratif sortant est reçu cinq sur cinq

Ville de GenèveLes quatre magistrats de l’Alternative sont réélus de même que le PDC Guillaume Barazzone. Cela promet une législature explosive.

Sami Kanaan (PS), Rémy Pagani (EAG), Esther Alder (les Verts) et Sandrine Salerno (PS)ont maintenu l'hégémonie de la gauche sur le Palais Eynard. Genève, le 10 mai 2015.

Sami Kanaan (PS), Rémy Pagani (EAG), Esther Alder (les Verts) et Sandrine Salerno (PS)ont maintenu l'hégémonie de la gauche sur le Palais Eynard. Genève, le 10 mai 2015. Image: PIERRE ABENSUR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y a pas eu de coup de théâtre en Ville de Genève ce dimanche. Malgré une bonne performance, le PLR Pierre Conne – le mieux placé des outsiders – n’est pas parvenu à ravir l’un des quatre sièges sur cinq du Conseil administratif occupés par les magistrats de l’Alternative. Sont donc réélus, dans l’ordre du classement, Sami Kanaan (PS), Esther Alder (Verts), Sandrine Salerno (PS), Rémy Pagani (EàG) et Guillaume Barazzone (PDC).

Classé sixième, Pierre Conne n’est distancé que de 1654 voix par son colistier Guillaume Barazzone. «C’est un peu rageant car on n’est pas loin, confiait Adrien Genecand, le chef de groupe PLR du Municipal. Notre bloc a bien fonctionné. Il y a eu peu de biffages et passablement d’apports de voix extérieures. Cela montre qu’il y a une envie du centre gauche de rééquilibrer les forces au sein de l’Exécutif.»

En revanche, le résultat des trois représentants de la Nouvelle Force montre qu’ils ne luttaient pas à armes égales avec les candidats des deux autres blocs. Le mieux placé est le député UDC Thomas Bläsi (6097 suffrages), qui obtient un bon résultat personnel. Viennent ensuite les députés et conseillers municipaux MCG Daniel Sormanni et Carlos Medeiros.

Le fait que la victoire de la gauche était attendue n’a pas diminué la satisfaction des militants présents hier à Uni Mail. Lors de l’entrée dans le hall des élus de gauche, peu après 17 heures, leurs sympathisants ont ainsi entonné le «Cé qu’è lainô», le chant patriotique genevois que s’était jusque-là approprié le MCG. Une pique sans doute davantage destinée à Eric Stauffer et à Roger Golay – tous deux défaits hier – qu’à Daniel Sormanni et Carlos Medeiros.

Soulagement de Rémy Pagani

A gauche, un candidat était particulièrement heureux du dénouement. Son élection acquise, Rémy Pagani a poussé un gros ouf de soulagement. Sentant qu’il était le candidat le plus vulnérable de l’Alternative, la droite n’a pas ménagé sa peine ces derniers mois pour tenter de l’affaiblir, en l’attaquant notamment souvent lors des séances du Conseil municipal. Les ruptures de collégialité de Rémy Pagani ou ses bisbilles avec certains de ses collègues de l’Exécutif ne lui ont visiblement pas été trop reprochées dans les urnes par les électorats des Verts et du PS. En tout cas pas suffisamment pour le faire trébucher.

Sur les 13 255 suffrages obtenus par la liste de l’Alternative, il n’aura été biffé «que» 1233 fois. A titre de comparaison, Sandrine Salerno l’a été 807 fois, Esther Alder 541 et Sami Kanaan 474. Ce dernier a également construit sa première place en étant davantage ajouté sur les listes de l’Entente et de la Nouvelle Force que les autres candidats de gauche (774 en tout).

Le champion toutes catégories de la pêche aux voix externes est toutefois Guillaume Barazzone. Il en totalise 1255, dont 1018 venant de sympathisants de l’Alternative. Pour le reste, le résultat de cette élection a été totalement conforme aux poids électoraux respectifs des trois blocs et de leurs listes. Les trois formations de gauche représentent un peu moins de 44% des suffrages, l’Entente un peu moins de 32% et la Nouvelle Force un peu plus de 20%.

Cette logique des blocs énerve beaucoup le candidat UDC Thomas Bläsi. «On ne peut être satisfait du résultat aujourd’hui, commentait-il. Nous avions le potentiel électoral pour faire élire trois candidats de droite au Conseil administratif, mais il faudrait que l’Entente accepte de nouer des alliances avec nous.»

Deux majorités différentes

Mathématiquement, il a évidemment raison. Mais la politique a des raisons qui ne peuvent se réduire à une simple addition de suffrages. Pour l’heure, le PDC est totalement réfractaire à l’idée d’un accord électoral avec l’UDC. Très tôt dans la campagne, Guillaume Barazzone a du reste clos le débat en déclarant qu’il n’y aurait pas d’alliance pour le second tour avec l’UDC et le MCG.

Résultat: l’Alternative conserve ses quatre magistrats en place pour les cinq années à venir. La victoire de la gauche ne lui assure toutefois pas un avenir serein. Car le 19 avril les Genevois ont élu un Conseil municipal qui pourrait donner bien du fil à retordre à cet Exécutif. Avec 37 élus sur 80, l’Alternative y est minoritaire. Elle devra composer avec les 26 élus de l’Entente, les 11 du MCG et les 6 de l’UDC.

Le gros obstacle des budgets

Autant dire que la nouvelle législature, qui débutera au début du mois de juin, s’annonce périlleuse et incertaine. Tout le monde en convient et Sami Kanaan ne voyait hier que deux issues: «Soit on sera dans une logique d’opposition frontale, soit on arrivera à négocier et trouver des majorités.» L’obstacle le plus difficile à franchir pour le Conseil administratif sera le budget. Ces quatre dernières années, il était parvenu à les faire adopter sans coupe ou grosse modification. Le prochain débat budgétaire sera d’un autre tonneau.

Pour le PLR Adrien Genecand, «cela dépendra un peu de la volonté du Conseil administratif d’écouter ou non la volonté du Conseil municipal, désormais clairement à droite. Nous voulons un programme de centre droit. J’ai malgré tout bon espoir. Il y a beaucoup d’exemples de conseils avec des majorités différentes qui fonctionnent.»

Une majorité de droite? Ce n’est pas si sûr. «Je ne suis pas forcément attaché à cette prétendue majorité de droite, a déclaré le MCG Carlos Medeiros. Si on réduit la voilure des investissements de 130 à 100 millions et que les budgets sont équilibrés, je serai prêt à les voter.» Ces cinq prochaines années en Ville de Genève vont vraiment être passionnantes. (TDG)

Créé: 10.05.2015, 22h13

Galerie photo

Le second tour des Municipales à Uni Mail

Le second tour des Municipales à Uni Mail Les résultats sont tombés dimanche: Rémy Pagani rempile à la Ville, Eric Stauffer est écarté de l'exécutif d'Onex.

Interview de Rémy Pagani après sa réélection à l'exécutif de la Ville.

Le conseiller administratif Guillaume Barrazone (PDC) réagit à la réélection de l'exécutif de la Ville.

Daniel Sormanni regrette que le MCG n'ait pas bénéficié d'alliances qui lui permettent d'intégrer les exécutifs.

Articles en relation

Municipales 2015: tous les résultats

Canton de Genève Le deuxième tour des élections municipales s'est déroulé dimanche 10 mai. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...