Communication sous-traitée à Vernier: des élus s’inquiètent

La rémunération des auteurs des articles du journal communal questionne. Pierre Ronget rassure.

Image d'illustration

Image d'illustration Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Selon nos informations, tout ou partie de la communication de notre Commune a été délocalisée et confiée à une seule et même agence», constatent Josette Monnier, Yves Magnin et Christophe Dulex. Ces trois conseillers municipaux PDC verniolans s’inquiètent plus particulièrement du sort réservé aux journalistes employés par l’agence Commu’com , qui sous-traite effectivement une partie de la communication de Vernier. «Cette agence pratiquerait des tarifs bien inférieurs aux normes de la branche, notamment de la convention collective de travail pour journalistes RP», indiquent les trois PDC dans une interpellation qui vient d’être soumise au Conseil municipal de Vernier. Ainsi, «le même article de notre revue communale, auparavant payé entre 500 et 1000 francs à un journaliste libre, serait aujourd’hui rémunéré entre 150 et 200 francs!»

«Ces chiffres sont complètement faux», réagit Charles Clément, directeur de l’agence incriminée. Renseignement pris auprès de la Commune de Vernier, celle-ci verse près de 1000 francs par séance du Conseil municipal à Commu’com (9600 francs pour les dix séances annuelles). «55% de ce montant revient au journaliste, 35% au correcteur et le reste sert au fonctionnement de l’agence», affirme Charles Clément.

Lors de la dernière séance municipale, le conseiller administratif Pierre Ronget s’est voulu rassurant, sans minimiser l’affaire pour autant: «Il n’y a pas péril en la demeure. L’Office cantonal de l’inspection et des relations du travail (Ocirt) a été alerté et nous allons vérifier ces chiffres au plus vite.»

(TDG)

Créé: 30.06.2017, 18h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.