Avully et Carouge accueillent des familles syriennes

SolidaritéLes deux municipalités sont les premières, à Genève, à répondre à l’appel d’un élu vaudois en vue d’intégrer des migrants.

Photo d'illustration

Photo d'illustration Image: SEBASTIEN FEVAL/Tamedia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Une famille de réfugiés par village.» Cet appel à «un acte citoyen», lancé au mois de septembre par Nicolas Rouge, élu municipal de la commune de Giez (VD), fait des émules. Quelques municipalités suisses ont déjà choisi de participer à ce projet qui pourrait, selon son initiateur, offrir un toit et une saine intégration à environ 16 000 migrants. A Genève, deux communes viennent de répondre à cet appel. Avully, où la première famille a été accueillie, et Carouge.

La Cité sarde a annoncé jeudi avoir obtenu un appartement de quatre pièces et demi de la Fondation immobilière pour loger entre trois et cinq personnes. «Nous avons demandé à ce que ce soit une famille avec des enfants», souligne la conseillère administrative Anne Hiltpold, tenant à rassurer et éviter toute polémique. «A ceux qui estiment que l’on ferait mieux de s’occuper des personnes dans le besoin ici, nous répondons qu’aider une famille de migrants n’enlève aucune ressource destinée au social à Carouge.»

La magistrate insiste aussi sur le «devoir d’accueillir ces personnes qui ont tout perdu». La famille concernée emménagera au début de l’année et l’Hospice général prendra en charge tous ses frais, selon la loi fédérale.

A Avully, petite commune de la Champagne, le maire, René Riem, a immédiatement réagi à l’appel de Nicolas Rouge. «Nous disposons de logements vides dans le bâtiment du presbytère, explique-t-il. Ils doivent être rénovés, mais pas avant l’été prochain. Dès lors, nous avons choisi d’y aménager un appartement.»

Depuis le début du mois, la Commune compte donc de nouveaux résidents, des Kurdes de Syrie. «Les enfants vont à l’école primaire et au cycle d’orientation, précise le maire. Plusieurs habitants se sont déjà annoncés pour leur donner des cours de français.» Une intégration idéale, qui ne fait toutefois pas l’unanimité à Avully. «Il y a eu des détracteurs, j’ai entendu des horreurs en coulisse, regrette René Riem. Je suis atterré par le manque de cœur et de courage de certaines personnes.»

Le logement n’étant disponible que pour quelques mois, le maire espère qu’une solution pérenne pourra être proposée par la suite. «Ces personnes ont fui les bombardements et les persécutions, je ne comprends pas qu’on puisse les rejeter», déclare-t-il.

Même discours à Carouge où Anne Hiltpold et plusieurs élus saluent d’autres actions citoyennes envers les migrants. «La Mairie a proposé une salle à des Carougeois souhaitant créer un café- contact, explique l’écologiste Catherine Marti. Et plusieurs personnes se sont aussi annoncées pour favoriser leur intégration.»

Créé: 29.11.2015, 17h24

Articles en relation

Poggia pense pouvoir renoncer aux abris PC d'ici fin 2016

Asile Le ministre des Affaires sociales estime que les requérants hébergés à la Salle du Faubourg doivent réintégrer les abris. Plus...

Dépassé par le collectif No Bunkers, Stop Bunkers veut retrouver sa place

Asile Journaliste et traducteur, Mohammad Jadallah revient sur les prémices de Stop Bunkers et la suite de ses actions. Plus...

Poggia dit avoir fait tout juste sur No Bunkers et Maudet aussi

No Bunkers au Faubourg Le chef des Affaires sociales accuse la Ville d'avoir manqué de courage. Plus...

Le Parlement des jeunes genevois collecte cinq tonnes d'habits

Solidarité Dominique Froidevaux directeur de Caritas tire un bilan très positif et lance un nouvel appel: «Donnez des sacs de couchage!» Plus...

La Ville ouvre ses abris d’hiver dimanche

Sans-abri Le Service social a réussi à récupérer une partie des places d’hébergement perdues à cause des normes de sécurité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...