Les Communaux d’Ambilly entrent dans le concret

GenèveLa cérémonie de pose de la première pierre a eu lieu ce vendredi. Les premiers habitants sont attendus pour 2023.

L’immense fosse du chantier des Communaux d’Ambilly permet de prendre la mesure de ce méga projet.

L’immense fosse du chantier des Communaux d’Ambilly permet de prendre la mesure de ce méga projet. Image: Antoine Grosjean

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vingt ans! C’est le temps qu’il aura fallu aux 2500 logements des Communaux d’Ambilly pour commencer à sortir de terre. Durant ces deux décennies, ce méga projet immobilier aura connu moult rebondissements et polémiques, que n’ont pas manqué de rappeler ce vendredi – avec un certain soulagement – les participants à la cérémonie de pose de la première pierre.

La traditionnelle capsule temporelle a été scellée dans les fondations d’un des futurs bâtiments par les représentants de l’État, de la commune de Thônex et des promoteurs. Ce petit groupe paré de casques et de gilets fluo était perdu dans l’immensité de la fosse de chantier pendant que les autres regardaient de loin. Une immensité qui permet de prendre la mesure du projet, d’autant qu’il ne s’agit pour l’instant que de construire les 670 premiers logements du futur quartier, dans lesquels les habitants devraient pouvoir emménager d’ici à 2023. Deux autres phases de travaux suivront et l’ensemble devrait être achevé en 2030. Avec à terme 7500 nouveaux habitants sur les Communaux d’Ambilly, cela va radicalement transformer Thônex, qui en compte actuellement 14 000.

Yannos loannides, coordinateur du projet piloté par le Comptoir Immobilier, salue le courage des investisseurs qui se sont lancés dans cette aventure: «Les débats ont été nourris, mais nous avons trouvé un partenariat public-privé innovant.» L’architecte Pierre Bonnet, dont le bureau a dessiné l’ossature de la première phase du projet, confirme qu’il a fallu «déplacer quelques montagnes. Il faut du temps pour résoudre la complexité de la naissance d’un quartier», note-t-il. Tous les intervenants à la cérémonie se sont réjouis du fait que la dernière mouture du projet ait mis tout le monde – ou presque – d’accord. «Nous ne pouvions réussir que par le dialogue et le consensus, qui est la meilleure chose que vous faites en Suisse, lance Guillaume Mathelier, maire de la commune française d’Ambilly, ancienne propriétaire des terrains. Une petite dose d’helvétisme permet de prendre des décisions plus équilibrées.»

De son côté, le maire de Thônex, Pascal Uehlinger, rappelle que, de Laurent Moutinot à Antonio Hodgers, en passant par Robert Cramer, Mark Muller et François Longchamp, cinq conseillers d’État ont participé à la gestation de ce projet. «En 2007, Robert Cramer annonçait l’arrivée des grues pour 2009, se souvient-il. À dix ans près, on y était!» Seul regret émis par le magistrat: rien n’a été prévu en termes d’équipements sportifs et culturels.

«Vingt ans, c’est à peu près le double ce qu’on admet habituellement pour l’élaboration d’un projet, remarque Serge Dal Busco, conseiller d’État en charge des Infrastructures. Le Canton a pu faire preuve d’impatience face au rythme voulu et imposé par Thônex, mais cela en valait la peine vu la grande qualité du projet.»

Créé: 17.05.2019, 19h32

Articles en relation

Communaux d’Ambilly: la troisième étape sous toit

Logements Les résultats du concours d’architecture pour les deux dernières pièces urbaines sont à voir à la salle des fêtes de Thônex. Plus...

On creuse enfin aux Communaux d’Ambilly: 2600 logements en vue

Thônex Après presque vingt ans d’attente, l’énorme chantier prévoyant la construction de 2600 logements a débuté. Plus...

Ambilly est assise sur une montagne d’or

Grand Genève Editorial La vente de sept parcelles situées à Thônex représente le triple de son budget annuel. La commune se découvre très riche. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...