Commander un répétiteur en un clic

Solutions Une enseignante genevoise a imaginé une application gratuite pour aider vos enfants dans leur parcours scolaire.

Dina Mottiez, créatrice de BulbeeApp, explique le fonctionnement de son application pour trouver un répétiteur.

Dina Mottiez, créatrice de BulbeeApp, explique le fonctionnement de son application pour trouver un répétiteur. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Besoin d’aide pour les devoirs de votre enfant à l’école primaire ou votre adolescent en maths ou en allemand? Sur l’application pour smartphones BulbeeApp, une cinquantaine de répétiteurs s’affichent pour la région genevoise, photos et descriptions de profil disponibles, dont les prix oscillent entre 10 et 70 francs de l’heure. Gratuite, cette plateforme mobile est l’œuvre d’une enseignante genevoise, Dina Mottiez. «Je cherchais une façon de mettre en réseau facilement des personnes qui possèdent des connaissances et d’autres qui ont envie d’apprendre dans toute la Suisse romande, en suivant la logique des modes de consommation actuels. Et aujourd’hui, tout le monde est sur son smartphone.»

Réservé aux plus de 18 ans

Comment évaluer la qualité des cours? «Elle se base sur la régulation naturelle due au jugement des élèves, libres de changer d’enseignant à tout moment en cas d’insatisfaction», relève la Genevoise. Et comment éviter les traquenards à mineurs? «L’application requiert que l’utilisateur ait plus de 18 ans, qu’il soit apprenant ou enseignant. Quant aux élèves mineurs, c’est leur parent qui s’inscrit et qui entreprend la recherche d’un répétiteur pour eux.»

À son lancement, en août 2017, l’application était payante. Après un emprunt à la banque et le soutien de proches, Dina Mottiez avait injecté 150'000 francs dans le développement de ce concept inédit en Suisse, et engagé graphiste, développeur et spécialistes marketing. Après une première version payante, et malgré une étude de marché en amont, «les utilisateurs restent encore aujourd’hui sceptiques à l’idée de payer un service virtuel». Quant à des commissions prélevées sur chaque cours, elles ne peuvent pas être pérennes: «Rien n’empêche que répétiteur et élève s’entendant bien sortent du système pour la suite de leurs cours.» Forte de trois masters à Genève, en lettres, en communication et médias et en pédagogie, l’enseignante aurait aimé ajouter à son panel des études de gestion de projet et de développement d’une start-up.

«Il n’y a que ceux qui abandonnent qui ne réussissent pas», sourit-elle, glissant volontiers des maximes positives dans ses propos. «Je dors beaucoup mieux depuis la nouvelle version de l’application lancée en janvier 2019 et entièrement gratuite. Le principal est qu’elle existe», insiste Dina Mottiez, à qui le développeur initial est resté fidèle, convaincu de l’importance d’une telle plateforme. «Nous comptons plus de 800 inscrits depuis cette nouvelle version, soit 45% d’enseignants et 55% d’élèves, dans toute la Suisse romande.»

Reconnaissance hors canton

À ce jour, Bulbee est une Sàrl, mais Dina Mottiez n’exclut pas d’en faire une association à but non lucratif. Le scénario de rêve pour la Genevoise? Que l’application intéresse une institution, publique ou privée, qui lui donnerait l’occasion de la développer.

Mais pour l’instant, c’est hors des frontières genevoises que Bulbee séduit. Une distinction mondiale à Dubaï en décembre dernier place Dina Mottiez au sein du top 100 des leaders de l’éducation, un classement réalisé par le Global Forum of Education and Learning. Au niveau suisse, elle est invitée en mars prochain à la Conférence des directeurs cantonaux de l’Instruction publique (CDIP), aux côtés d’autres acteurs de l’éducation, tous rattachés comme Bulbee à l’EdTech Collider de l’EPFL.

Créé: 19.02.2020, 09h00

Le problème

Vous avez des capacités dans une branche scolaire mais êtes hors circuit scolaire ou universitaire, ce qui vous barre l’accès à l’association des répétiteurs de l’ARA. Vous maîtrisez un art ou un savoir-faire et cherchez une plateforme romande où être référencé. À l’inverse, vous souhaitez un appui scolaire ou des cours auprès d’une personne que vous choisissez vous-même.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...