Passer au contenu principal

Le combat à l’épée médiévale séduit toujours plus de Genevois

La discipline mêle recherche historique et pratique martiale. Reportage lors d’un entraînement.

«No hipsters, just fighters» («pas de frimeurs, juste des guerriers») . Ce message inscrit sur le tee-shirt d’un participant annonce la couleur. Ici, on est sérieux. On pratique les Arts martiaux historiques européens (AMHE) par passion, pas pour le style. Le GAG Schola, club genevois composé surtout d’étudiants, se réunit tous les jeudis pour l’entraînement. La discipline, en plein essor dans le canton, compte environ cent cinquante Genevois dans ses rangs. Soit deux fois plus que l’an passé.

Un savant mélange de recherche et de pratique martiale compose ce sport étonnant, qui est apparu pour la première fois à Genève en 2004.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.