L'affichage à Genève, «c'est le Moyen Age»

Communication politiqueLa campagne pour les municipales a pris possession de l’espace public. Attention les yeux!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Est-il bien sage de poser publiquement le pouce levé? En mousquetaire? Détouré dans une sombre reproduction du Déjeuner sur l’herbe de Manet ? L’heure de gloire de l’élu local est arrivée. A quelques jours du premier tour des municipales, le voici placardé sur la place du village et devant les grandes surfaces ou sur le cul des bus. Clanique ou solitaire, tout sourire ou scrutant l’horizon. Certains arborent la cravate animalière porte-bonheur. Il y a aussi ceux qui marchent, les classiques, les originaux, les «photoshopés», les mal à l’aise.

Verdict de l’esthète: «Je suis stupéfait par ce que je vois, lâche Franck Belaich, sémiologue et spécialiste de la publicité. Il y a en Suisse une grande tradition et expertise graphique. Mais là, c’est le Moyen Age!» En effet. Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête des démocrates-chrétiens du Grand-Saconnex? Sur leur affiche, une reproduction du Déjeuner sur l’herbe, on a gardé les fruits, mais pas le nu (tout de même, pour le parti de la famille), ajouté des personnages et un téléphone noir qu’on a cherché sur l’œuvre d’origine… en vain. «L’esprit de Manet, c’est la modernité. Dans ce tableau qui a fait scandale en 1863, il dit combien il est dans la réalité de l’époque», décrypte Jean-Marc Comte, conseiller administratif allongé au premier plan. Assez clair pour les électeurs? «Ils ont reçu un document qui explique tout.»

Le graphiste du MCG démasqué

Autre parti, autre commune. L’UDC Carouge a décidé de poser aligné, le pouce levé. Bonnard. Et tant pis si plus personne n’utilise le gros doigt, hormis les plongeurs qui remontent à la surface.

Toujours à droite, le MCG a révolutionné l’affichage à Genève et colonise l’espace public en période électorale. Fruste mais diablement efficace, sa ligne est un coup de savate dans les règles élémentaires de l’esthétique. Le grapho-terroriste? «C’est moi, se dénonce le député et secrétaire général François Baertschi. Avant 2007, nous avions un graphiste, mais il n’a pas pu poursuivre. Alors nous les faisons nous-mêmes… et on trouve qu’elles nous donnent un côté sympathique.» La production maison peut toutefois avoir ses limites. On se souvient de «La vérité qu’on vous cache», placardée par le parti contestataire durant la crise avec la Libye. «C’est vrai, l’affiche était illisible», rigole encore François Baertschi.

Le trouble comme argument

Et la gauche? «Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup», a dit la socialiste française Martine Aubry. Raison pour laquelle le photographe des candidats au Municipal de la Ville de Genève a laissé les visages dans le vague avec mise au point sur un obscur slogan dont seuls le PS a le secret («J’agis pour la cohésion sociale» et autre «La culture pour tous»…).

Mais quand on en vient à l’élection du Conseil administratif, on ne joue plus avec la profondeur de champ. On s’aligne, on sourit et «votez pour moi». Pourtant, qui n’aurait pas aimé voir Sandrine Salerno, Sami Kanaan et Esther Alder pastichés en mousquetaires, comme l’ont osé leurs camarades de Plan-les-Ouates?

En campagne, finalement, on a décidé de faire rire l’électeur. Sur la route du Mandement, le PLR Satigny a aligné ses candidats, chacun symbolisé par un mannequin bleu. A moins que ce ne soit sérieux.

Et lorsqu’il n’y pas d’enjeu, qu’il y a pénurie de candidats, on attend que les élections passent ou, comme à Jussy, on distribue un jeu de jass à l’effigie du maire et ses adjoints. «L’humour en politique est un risque, celui d’être grotesque, estime Franck Belaich. Mais c’est aussi le début d’une relation.» C’est toujours ça.

Créé: 09.04.2015, 18h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.