Passer au contenu principal

Les citernes des pétroliers ne quitteront pas le cœur de Vernier

L’Etat veut connaître la part des réserves obligatoires imposées par Berne. Histoire, éventuellement, de les déplacer.

Vernier: le déménagement des citernes est abandonné car la probabilité d’un accident grave est faible.
Vernier: le déménagement des citernes est abandonné car la probabilité d’un accident grave est faible.
Laurent Guiraud/Tribune de Genève

L’Etat, la Commune et les pétroliers ont organisé une séance la semaine dernière pour informer la population verniolane de l’avenir des citernes. Tous ont assuré que les discussions pour réorganiser le site allaient se poursuivre, grâce à la création d’un groupe de travail. Mais le déménagement, lui, est définitivement abandonné. Aujourd’hui, les citernes sont réparties sur cinq sites et offrent 450?000 mètres cubes de stockage. Une partie importante est constituée par les réserves imposées par la Confédération en cas de crise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.