Cinéma Plaza: dernier baroud avant les grues

PatrimoineArchitectes et défenseurs du patrimoine sollicitent les politiques pour éviter la démolition de cette salle emblématique.

Image: OLIVIER VOGELSANG/ARCHIVES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils veulent y croire et ont lancé, mercredi, un dernier appel. Les architectes et les défenseurs du patrimoine tentent un ultime baroud pour sauver le cinéma Plaza. «Si rien n’est fait, ce chef-d’œuvre de l’architecture genevoise pourrait disparaître dans les semaines à venir», se désole Philippe Meier, vice-président de la Fédération des architectes et ingénieurs.

Les grues sont en effet aux portes de cette salle emblématique, lovée dans le bâtiment de verre qui surplombe la rue de Chantepoulet à l’angle de la rue du Cendrier. Si l’immeuble, construit en 1952, est classé, ce n’est pas le cas de la salle de cinéma. Le propriétaire veut la démolir pour y réaliser des commerces, des logements pour étudiants et un parking souterrain sur cinq niveaux.

Nouvelle procédure de classement

Plus rien ne l’empêche d’entamer les travaux, puisqu’un dernier recours a été levé. Quant au combat des défenseurs du patrimoine, il a épuisé toutes les voies juridiques au cours d’une saga qui dure depuis plus de dix ans.

Que faire alors? «Nous demandons au Conseil d’État de surseoir à l’autorisation de construire et surtout de rouvrir une procédure de classement», explique Tarramo Broennimann, coprésident de la Fédération des architectes suisses.

Netflix achète des salles

Sur quelle base? «11 700 personnes ont signé l’initiative pour sa sauvegarde, ce qui prouve l’attachement des gens à cette salle et, d’une manière générale, à l’architecture des années 50. En outre, on voit aujourd’hui un nouvel attrait pour les projections sur grand écran. Voyez le succès des festivals de cinéma à Genève. Même Netflix a racheté des salles aux États-Unis.»

Sans préjuger de l’usage futur de la salle, les architectes sont convaincus qu’un tel écrin, bien situé au centre-ville, «permet de créer un lieu public doté d’un fort caractère identitaire».

De l'audace culturelle

Membre de Patrimoine suisse, l’architecte Marcellin Barthassat renchérit. «On ne s’en sortira pas avec des règlements, il faut une vision pour le devenir de la ville, une audace culturelle. Václav Havel l’a bien compris à Prague il y a trente ans.» (TDG)

Créé: 10.10.2018, 17h33

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...