Christoph Blocher prend Genève de court

MédiasLa prise de participation du zurichois dans le GHI à hauteur de 50% suscite de vives réactions.

Christoph Blocher.

Christoph Blocher. Image: REuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’arrivée de Christoph Blocher dans le capital de GHI prend Genève de court. Même à l’UDC. «Je l’ai appris par la presse», indique le conseiller national UDC Yves Nidegger. L’intellectuel de la section genevoise se verrait-il prendre la direction du journal? «A la retraite peut-être, mais pour le moment, je préfère mon métier d’avocat.»

Selon lui, il ne faut pas voir dans cette acquisition une lubie politique. «Blocher n’achète pas par altruisme idéologique. Il n’investit que s’il y trouve une justification économique, l’avantage politique ne vient qu’après. En l’occurrence, il est intéressant de voir que si les grands groupes de presse se concentrent sur les journaux régionaux, M. Blocher croit, lui, aux petits titres locaux. Il y a une logique, car on aura toujours besoin de journaux locaux.» Pense-t-il que le journal va beaucoup changer? «Aucune idée. Mais le GHI a toujours eu un caractère frondeur, c’est sa marque de fabrique. Et jusqu’il y a peu, le MCG a beaucoup profité de cette caisse de résonance.»

Croire en la presse

Guy Mettan, député PDC et ancien journaliste, s’amuse presque de la nouvelle. «Il y a une année, j’écrivais que Blocher était encore le seul à croire en la presse et à y investir. Cela se confirme. Alors que les deux grands groupes en Suisse ne pensent qu’à faire des économies, lui semble y voir encore un avenir. C’est rassurant pour la survie de la presse, mais c’est évidemment inquiétant en raison de son positionnement politique. Il faudrait que d’autres acteurs investissent aussi.»

Président du Conseil d’État, François Longchamp ne voit au contraire aucune raison de se réjouir. «La Basler Zeitung a vu ses ventes chuter drastiquement après que M. Blocher l’a rachetée. L’entrepreneur semble meilleur dans les affaires chimiques que médiatiques. J’espère que le GHI ne connaîtra pas le même destin. Je crains que les raisons que nous avions de le lire vont disparaître.»

Soutenir la diversité

«Cet achat prouve bien qu’il est nécessaire d’assurer au mieux la pluralité de la presse, commente Jocelyne Haller, députée de Solidarités. Même si GHI ne contribue pas beaucoup à la formation de l’opinion publique, ce rachat n’est pas réjouissant. Il est grand temps de mener une réflexion sur le soutien à la presse. On ne peut pas se résigner à voir les journaux se concentrer à un tel point.»

Le député socialiste Roger Deneys pense aussi que l’arrivée de Blocher «est une très mauvaise nouvelle. Ce genre de journal représente un organe privilégié pour des partis qui ont des moyens financiers et des idées simplistes, voire populistes.»

Christoph Blocher a annoncé ce matin la vente de la Basler Zeitung au groupe zurichois Tamedia (qui édite la Tribune de Genève). En échange, le tribun zurichois a repris plusieurs journaux gratuits, notamment la moitié du capital de GHI et de Lausanne-cités. (TDG)

Créé: 18.04.2018, 18h30

Articles en relation

«Tamedia et Blocher deviennent des leaders encore plus forts»

Médias Kurt W. Zimmermann, expert reconnu du marché suisse de la presse, pense que la Commission de la concurrence acceptera l’acquisition de la Basler Zeitung par l’éditeur de la «Tribune de Genève». Plus...

Christoph Blocher rachète le «GHI»

Media Le tribun zurichois reprend à Tamedia 50% des parts du journal gratuit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...