Des chauffeurs Uber bafouent la loi

ReportageLes véhicules aux plaques non genevoises n’ont pas le droit de faire des courses au sein du canton. La règle est transgressée.

Environ 1260 véhicules de transport avec chauffeurs (VTC) sont enregistrés dans le canton, selon l'Etat.

Environ 1260 véhicules de transport avec chauffeurs (VTC) sont enregistrés dans le canton, selon l'Etat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Bon nombre de chauffeurs de taxi répètent que certains de leurs concurrents, partenaires d’Uber, ne respectent pas la loi, en effectuant des courses dans le canton sans plaques genevoises. La «Tribune de Genève» a cherché à le vérifier en se faufilant dans le royaume d’Uber.

Nous sommes samedi soir, dans une BMW typique des grandes années de James Bond, dans le parking du Garage des Ailes, à l’avenue Louis-Casaï. À 22 h 45, une Hyundai, immatriculée dans le canton de Vaud, arrive du centre-ville. Elle passe devant plusieurs automobiles dont les plaques genevoises commencent par le numéro 96, signe distinctif des véhicules de transport avec chauffeur (VTC) dans le canton.

Dans le milieu, l’endroit est surnommé le «parking d’Uber», l’écrasante majorité des VTC qui s’y arrêtent étant connectée à l’application américaine. Les voitures sont garées, mais au volant il y a toujours quelqu’un qui attend une course. La Hyundai trouve une place de libre.

La «Tribune de Genève» parie que son chauffeur va faire une course à l’aéroport, tout proche, et part attendre la Hyundai à la sortie du parking de Cointrin.

La nuit appartient à Uber

À cette heure, la plupart des voitures qui déboulent de l’aérogare sont des 96, un premier signe nocturne de la puissance d’Uber. Les véhicules qui collaborent avec la multinationale, absents il y a cinq ans, paraissent désormais plus nombreux que les taxis. Notre Hyundai arrive une trentaine de minutes plus tard, avec deux passagères à bord.

On la suit. Si elle s’était dirigée vers le canton de Vaud ou la France, sa course aurait été légale. L’article 13 de la loi sur les taxis et les VTC, en vigueur depuis juillet 2017, stipule qu’un véhicule non immatriculé à Genève peut y exercer son activité uniquement s’il sert un client venu d’un autre canton ou si le lieu de destination se trouve hors de ses frontières. Notre homme dépose pourtant ses clientes au Grand-Saconnex.

Nos infographies sur Uber et les taxis

Vingt minutes plus tard, on remet ça à l’avenue du Mail, en face du Moulin Rouge. Une quantité effroyable de plaques 96 fusent devant nous, des modèles bas de gamme souvent, loin des Classe E qu’on associe à Uber.

À minuit quarante, une Mercedes aux plaques vaudoises tourne du côté de la place Neuve, fermée pour la Course de l’Escalade. Dans une douzaine d’heures, Julien Wanders triomphera, mais à cette heure, c’est Uber qui règne sur la ville. Le géant enregistre ses pics de demandes la nuit et le week-end.

On se faufile entre les 96. La Mercedes s’arrête derrière la poste du Mont-Blanc. Les applications de mise en relation de chauffeurs avec leurs clients sont géolocalisées, ce qui incite les VTC à patienter aux endroits stratégiques, près des gares, des boîtes de nuit, à Cointrin. Les taxis ont des lieux d’attente qui leur sont réservés, les VTC dénichent des places où ils peuvent.

Le chauffeur s’est-il déconnecté? Il est au volant, mais son bolide reste immobile. Durant les premières années d’Uber à Genève, en 2014 et en 2015, ses partenaires croulaient sous la demande. Maintenant qu’ils sont plus nombreux, ils attendent plus et leurs revenus diminuent.

Cointrin et les boîtes de nuit

Dans le milieu, on vit dans la précarité. Face aux VTC, les chauffeurs de taxi patientent toujours davantage entre les courses et voient leur chiffre d’affaires s’affaisser. Du côté des VTC, de nombreux observateurs estiment qu’Uber et les autres diffuseurs de courses doivent considérer les chauffeurs comme leurs employés et payer leurs charges.

On se dirige vers un parking jouxtant le Village du Soir, dans l’antre d’Uber. À 2 heures du matin, les VTC règnent en maître. On suit une Citroën C4 immatriculée sur sol vaudois, qui vient de décharger des clients et part se parquer à la rue de l’École-de-Médecine, un autre bastion de la fête à Genève. Sur le trottoir, des jeunes alcoolisés côtoient un tas de véhicules en attente. Un contraste habituel désormais, même les soirs de semaine, comme si la nuit n’appartenait qu’aux fêtards et à Uber.

Elle sera longue. Les chauffeurs qui se connectent au milieu de la nuit – les heures de pointe dans le milieu – gagnent jusqu’à trois fois plus que les autres, selon un prospectus de la multinationale américaine, qui précise que la demande est maximale jusqu’à 5 heures du matin le week-end.

Selon de nombreux taxis, des dizaines de VTC aux plaques non genevoises exercent régulièrement leur activité dans le canton, en toute illégalité, notamment la nuit. Contacté, le service de presse d’Uber n’a pas voulu se prononcer sur les cas cités dans cet article et n’a pas souhaité délier le Service de police du commerce et de lutte contre le travail au noir (PCTN) de son secret de fonction sur ces questions. Selon l’État, 1260 VTC sont enregistrés dans le canton.

Créé: 07.12.2018, 18h05

Articles en relation

Face à Uber et Taxiphone, la concurrence a explosé

Transport individuel Pas moins de 23 diffuseurs de courses se sont annoncés auprès de l’État, contre 11 en janvier. Les conditions de travail sont difficiles. Plus...

Une solution sur mesure pour les chauffeurs Uber

Transport L’assureur Zurich lance une offre flexible adaptée aux conducteurs. Une première qui pourrait relancer la question des statuts. Plus...

«Uber ne travaille plus avec des sociétés partenaires»

Transport Des chauffeurs Uber ont été maltraités par leur employeur, selon les syndicats. Ce qui a conduit le groupe américain à faire le ménage. Plus...

Uber est un employeur, estime la Confédération

Transport Le Secrétariat d’État à l’économie considère donc que le groupe doit payer les cotisations des chauffeurs. Plus...

Nouvelles controverses dans la galaxie d’Uber

Transport Des plaintes visent des sociétés liées à la multinationale qui évoluent dans une zone grise. Le débat sur le statut d’Uber est relancé à Genève. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...