Passer au contenu principal

Aux Charmilles, les perles se livrent au compte-gouttes

Îlot de verdure blotti au cœur d’un univers toujours plus bétonné, le parc de Bourgogne déroule ses charmes sur trois «étages».

Le parc de Bourgogne vit bien caché à l’ombre des immeubles. Vedette incontestable du site, la pataugeoire fait le plein dès l’arrivée des beaux jours. Tout comme le cerisier, qui regorge de fruits succulents à l’approche de l’été.
Le parc de Bourgogne vit bien caché à l’ombre des immeubles. Vedette incontestable du site, la pataugeoire fait le plein dès l’arrivée des beaux jours. Tout comme le cerisier, qui regorge de fruits succulents à l’approche de l’été.
STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Le flot quasi incessant de la circulation, celle de la rue de Lyon et de l’avenue Wendt, n’est pas une fatalité. Passant, si tu veux ménager tes oreilles, il existe un chemin de traverse, comme une parenthèse au beau milieu du trafic et du béton. Alors que dans le secteur, les petites maisons tombent comme des mouches, sacrifiées sur l’autel de la densification, un écrin de verdure s’étire entre les locatifs: le parc de Bourgogne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.