Passer au contenu principal

Le CEVA poursuit sa course d'obstacles

Des oppositions ont été levées à Pinchat, mais d'autres y sont toujours en force et une enquête est en cours à Champel.

Sur la partie occidentale du tunnel de Pinchat, un accord est intervenu avec le voisinage, lequel a levé ses oppositions.
Sur la partie occidentale du tunnel de Pinchat, un accord est intervenu avec le voisinage, lequel a levé ses oppositions.
Keystone

Le CEVA est bâti à 90% et ses équipements ferroviaires sont posés à 40%. Tel est l'état d'avancement du tronçon ferroviaire Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse dont fait part la direction de projet dans un rapport trimestriel paru ce mercredi. Mais la mise en service de l'infrastructure à la date prévue reste menacée.

«Les maîtres d’ouvrage (ndlr: les CFF et le Canton de Genève) continuent de tout mettre en œuvre pour maintenir l’objectif de mise en service à décembre 2019», écrivent-ils dans leur bulletin. Pour que le délai soit tenu, il faudrait que «toutes les autorisations aient été délivrées cet été sur les différents tronçons, permettant ainsi le commencement des travaux de pose de dalle flottante dans les temps».

Douche écossaise à Pinchat

Le secteur de Pinchat leur a réservé une mauvaise et une bonne nouvelle. Sur la partie orientale du tunnel le plus long du CEVA (2,1 km), deux oppositions sont encore en force, un an après la fin de l'enquête publique, pour contester le niveau de protection antibruit prévu dans le boyau. Mais sur la partie occidentale de ce tunnel, un accord est intervenu avec le voisinage, lequel a levé ses oppositions portant à la fois sur le tronçon ouest du tube, mais aussi sur la jointure avec sa section est.

«Ces oppositions ont été levées tout récemment, confirme Magalie Melly, porte-parole du projet CEVA. Comme cela avait été le cas dans le secteur de Chêne-Bougeries, nous avons apporté des explications complémentaires et des garanties techniques. En outre, des ajustements mineurs seront effectués sur un petit tronçon de transition, aux frais des opposants.»

Inconnue à Champel

Les caractéristiques des protections prévues dans la partie orientale du tunnel de Champel sont actuellement soumises à une enquête publique, la dernière du genre, ce qui maintient aussi une inconnue sur la date de mise en service. Si Champel a historiquement constitué un fief de résistance contre le projet CEVA, il faut rappeler qu'aucune opposition ne s'est manifestée lors des enquêtes publiques réalisées au sujet des équipements destinés à réduire les nuisances dans la partie ouest du tunnel de Champel et dans la halte du même quartier.

Posées sous les rails, les dalles flottantes – dont le rôle est de prémunir le voisinage des vibrations et du son solidien dû au passage des trains – sont désormais installées sur tout le tronçon situé entre la gare des Eaux-Vives et la frontière. Les travaux de génie civil sont, eux, pratiquement achevés à l'exception d'ouvrages encore en cours dans la gare des Eaux-Vives et de la construction d'une sortie de secours du tunnel de Pinchat, dans le secteur du Val-d'Arve.

La prévision du coût final, en valeur actualisée, se situe à 1,6747 milliard de francs. Le dépassement est de 3,47% par rapport au devis sur la base des coûts en vigueur il y a dix ans. Un risque financier subsidiaire de 61 millions est encore redouté.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.