Le Centre-Espoir déménage ses ateliers dans des espaces lumineux

Armée du SalutOn vernissait ce jeudi de nouvelles places de travail, plus que jamais ouvertes sur la ville. Une vraie réussite en matière de réinsertion sociale.

Le Centre-Espoir fêtait ce jeudi l'inauguration des nouveaux locaux accueillant les ateliers de réinsertion sociale.

Le Centre-Espoir fêtait ce jeudi l'inauguration des nouveaux locaux accueillant les ateliers de réinsertion sociale. Image: ARMEE DU SALUT/DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Excusez du peu: pignon sur boulevard. Et pas n’importe lequel, le James-Fazy, celui que l’on emprunte immanquablement quand on arrive de la gare pour rejoindre le pont de la Coulouvrenière. A la hauteur du no 13, c’est là, de plain-pied avec le trottoir, une enseigne avec vitrine, portant un joli titre: «Aux présents singuliers».

A la vente, sur les rayons, toutes sortes d’objets décoratifs ou utilitaires. Leur singularité vient de la confection. Elle n’a rien d’industriel. D’ailleurs, pour s’en convaincre, il suffit de franchir un seuil supplémentaire et l’on se retrouve face aux petites mains qui, sans se cacher, dessinent, brodent, cousent les pièces destinées à alimenter les nouvelles gammes. Des vrais artistes, bavards ou taiseux selon les jours, drôlement impliqués dans cette activité qui les réunit, au sein d’ateliers que l’on peine à qualifier encore de «protégés», tant les lieux investis ici sont ouverts sur la cité.

Ce sont ces même lieux, dépendant du Centre-Espoir, lui-même sous la gouvernance de l’Armée du Salut, que l’on inaugurait en grande pompe ce jeudi. Il y avait foule sur le boulevard, à l’angle de la rue Bautte, face au préau de l’école, pour fêter ce déménagement récent dans un espace totalement rénové aux dimensions généreuses (plus de 500 mètres carrés au sol sur deux niveaux, notamment un sous-sol où, dans un futur assez proche, on organisera des expositions temporaires).

Les orateurs se succèdent, se passant le mot et l’enthousiasme qui va avec pour le prononcer. «Lumineux» et «dynamisme» reviennent dans la bouche de chacun. Des vitrines agrandies permettent en effet à la lumière du jour d’entrer partout, d’offrir un éclairage naturel aux places de travail et aux établis, répartis dans les deux ateliers, l’un de céramique, l’autre polyvalent, jumelés si l’on veut par une cloison vitrée, d’une rare élégance, qui rapproche au lieu de séparer. Au niveau architectural, dans la concertation qui a prévalu, cette réalisation est exemplaire.

«Le résultat est beau et fonctionnel, apprécié par tous; il offre des perspectives dans la proximité avec la clientèle beaucoup plus intéressantes qu’avant», résume d’une même voix les responsables de l’Armée du Salut. Quant aux utilisateurs principaux, des personnes adultes, au bénéfice de prestations de l’Assurance Invalidité, fragilisées dans leur santé psychique, ils ne boudaient pas non plus leur plaisir, à être là, envahis par près de 200 invités et un buffet impressionnant dans sa forme très soignée et son contenu culinaire.

C’est le restaurant le plus proche, celui du Centre-Espoir, situé à moins de 50 mètres, qui régalait. Quand une réelle politique d’inclusion prend une telle tournure, c’est vraiment la fête pour tous. L’adresse est bonne, on reviendra, sachant que la Boutique des Ateliers, sise au 13, boulevard James-Fazy, est ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 16h30, le jeudi jusqu’à 18h30. (TDG)

Créé: 17.05.2018, 15h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...