Passer au contenu principal

Le centre pour requérants d'asile au Grand-Saconnex dépendra de Berne

Le Conseil d'État genevois s'estime «non compétent » pour s'opposer à l'édification d'un centre fédéral d’attente et de départ prévu pour 2022. Comme l'avait demandé une motion du Parlement.

Image de synthèse du bureau zurichois Berrel Berrel Kräutler, avec les bâtiments pour les requérants et pour la police internationale.
Image de synthèse du bureau zurichois Berrel Berrel Kräutler, avec les bâtiments pour les requérants et pour la police internationale.
DR

Le gouvernement genevois estime ne pas être compétent pour «renoncer à la construction d’un centre fédéral d’attente et de départ» pour requérants d'asile, comme le demandait une motion du Grand Conseil, approuvé en mars 2019. L'Exécutif cantonal l'a fait savoir ce lundi via un communiqué. Rappelons que ce centre doit voit le jour en 2022 au Grand-Saconnex, à proximité de l'aéroport de Genève.

Pour justifier sa position, le Conseil d'État genevois argue que les décisions «liées à la restructuration du domaine de l'asile et à l'implantation des centres fédéraux pour requérants d'asile sur le territoire national ont été prises conjointement par la Confédération, les cantons et les communes». Et ce, via une déclaration conjointe émise à l'issue de la Conférence nationale sur l'asile du 28 mars 2014. Le gouvernement genevois rappelle également que «les textes fondant la restructuration de l'asile ont été acceptés par le peuple en votation fédérale le 5 juin 2016».

Crainte des conditions d'accueil

Une majorité du Parlement genevois s'inquiétait du sort pouvant être réservé aux requérants d'asile, notamment en termes de conditions d'accueil (lieu «clôturé», personnes «fouillées» et dont les entrées seraient «strictement contrôlées») mais aussi en termes de lieu choisi (bruit et pollution) et d'«impact psychologique» lié à la présence proche de la police internationale et d'un centre de détention administrative.

Dans sa réponse, le Conseil d'État indique que ce nouveau centre fédéral ne sera pas un «centre fermé», les requérants d'asile étant libres de sortir chaque jour et les week-ends selon les horaires définis par le règlement de maison, pouvant être adaptés en accord avec la commune concernée. S'agissant du bruit, l'Exécutif avance« que la question du respect des normes anti-bruit avait été prise en considération dans les procédures d'autorisation de construire du bâtiment». Enfin, concernant la future présence du nouveau bâtiment de la police internationale et du centre de détention administrative de courte durée, le Conseil d'État rappelle que le projet global a été conçu «de manière à ce que la proximité géographique avec l’aéroport ne soit ressentie ni par les occupants du premier bâtiment, ni par ceux du second».

----------

Pour en savoir plus sur le projet de centre fédéral au Grand-Saconnex

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.