Un hôtel flottant : le projet fou d’un physiothérapeute en reconversion

LoisirsLe catamaran Juusan a été mis à l’eau dans le port de Sciez lundi. Il devrait prendre sa place définitive entre le Jet d’eau et Baby plage mardi matin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec ses 17 mètres de long, 9 mètres de large, 22 tonnes, et près de 2 millions de francs d'investissement, le catamaran Juusan, destiné au bed&breakfast l’hiver et à des croisières l’été, ne passera pas inaperçu. Le futur hôtel flottant devrait rejoindre sa place définitive entre le Jet d’eau et Baby plage mardi matin, si tout se passe bien. Il aura fallu moins de treize minutes au multicoques pour être mis à l’eau lundi matin dans le port de Sciez (voir vidéo ci-dessous). Le bateau a aussi retrouvé son mât, dont il était séparé pendant un convoi exceptionnel.

Une embarcation privée de cette taille serait unique sur le Léman. «Avec un bateau de 57 pieds comme celui-ci, on peut faire le tour du monde, on traverse les océans. Sur le lac, c'est quasiment disproportionné!», estime Marc Antoon, son concessionnaire. Si l'offre d'hébergement lacustre est développée au Bouveret, entre la péniche la Colombe, et le voilier la Dame du lac, le Juusan serait le seul «Boat&Breakfast» de la rade genevoise à notre connaissance. A partir de 150 francs la nuit en chambre simple, et 250 francs en chambre double, l'offre se veut raisonnable. «Mon objectif n'est pas de louer aux riches touristes uniquement, mais de permettre aux gens de la région d'y accéder», insiste Jean-Luc Oestreicher, son heureux propriétaire verniolan de 51 ans.

Et pourtant, le financement de son projet fou n'a pas été de tout repos. L'ex- physiothérapeute cherchait à se reconvertir. «Je me suis fichu en l'air les poignets, ils sont arthrosés! Le but de l'histoire c'est de me recycler. Les gens croient que je suis un riche arabe ou russe, mais pas du tout! C'est un projet familial.» Les banques et les sponsors lui ont jusqu'à présent tourné le dos. Il trouve les fonds nécessaires en vendant sa maison, et grâce à l'aide de quelques proches, y compris de ses enfants, et d'un promoteur. Une rentabilité à quel terme? «Aucune idée. Peut-être quatre ou cinq ans si ça marche fort, sinon toute une vie, je m'en fiche. Je ne suis pas un grand financier.»

Les trois places d'amarrage nécessaires à son embarcation de neuf mètres de large suscitent déjà quelques jalousies, étant donné la longue liste d'attente pour obtenir une place au port. «Je ne les ai volées à personne, je n'ai pas eu de passe-droit, indique-t-il. J'avais déjà une place et j'ai racheté deux bateaux et les places qui vont avec.» Une directive de la capitainerie indique de toute façon que si le critère d'ancienneté prime, exceptionnellement l'attribution peut se faire «dans le but de soutenir les usages professionnels».

Tous les détails sur www.floatinn.ch

La mise à l'eau

Le mâtage

(TDG)

Créé: 17.02.2014, 17h43

Articles en relation

L'hôtel flottant du Léman arrive par la route

Insolite Un catamaran luxueux offrira le gîte et le couvert aux amoureux d'escapades insolites. Il a gagné Genève par la route, nécessitant la fermeture de l'A40. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...