Au carrefour, le piéton est le plus mal loti

GenèveL’attente aux feux est plus longue pour lui que pour l’automobiliste, comme le montrent nos comptages. Depuis un an, le piéton a pourtant la priorité.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Bon, ça vient?!» Bloqué au carrefour, le piéton trépigne en attendant que le rouge passe au vert. Il a des raisons de pester. A Genève, le marcheur est un habitant de deuxième classe. Aux feux, il attend bien plus longtemps que l’automobiliste. La différence de traitement peut être énorme. A Cornavin par exemple, il lui arrive d’attendre trois fois plus que les voitures. C’est ce que révèlent les mesures que nous avons prises sur neufs grands carrefours du centre-ville (voir la galerie d'images).

Pourquoi ces mesures? Car depuis une année, le piéton est maître de la chaussée. Du moins sur le papier. Le 5 juin 2016, les Genevois ont clairement voté en faveur d’une loi qui inscrit le principe suivant: au centre-ville, la priorité va aux transports publics et à la mobilité douce.

En conséquence, le piéton devrait être privilégié au carrefour. On en est très loin. Aujourd’hui, le temps d’attente est souvent beaucoup plus long que la phase verte. Pour les voitures, c’est le contraire. L’exemple le plus frappant se situe au passage qui mène au lac au bas de la rue du Mont-Blanc. Sur une boucle (une phase rouge et une phase verte), le marcheur n’a droit qu’à 17% de temps au vert contre 83% d’attente, alors que les véhicules qui viennent du pont n’attendent presque jamais: ils ont droit à 73% de vert!

Ailleurs, c’est pareil. Aux Eaux-Vives, sur la route qui mène aux Trois-Chêne: 20% de vert pour les piétons, 65% pour les voitures. A Malagnou, en face du Muséum: 20% de vert pour les uns et 70% pour les autres (v oir ci-contre les détails).

«Il y a davantage de véhicules que de piétons», dira-t-on pour expliquer ces différences? Même pas. Très souvent, les seconds sont aussi nombreux que les premiers à traverser, malgré leur temps de passage plus court. Il y a donc une très nette inégalité de traitement.

Genève vit encore sous le puissant règne du tout-voiture. «La plupart des feux ont été programmés il y a dix, voire vingt ans», relève Jean-Luc Bourget, directeur de la signalisation et du marquage à la Direction générale des transports (DGT). Autre anachronisme: sur la plupart des croisements, une boucle dure 100, voire 120 secondes. Or, les spécialistes préconisent aujourd’hui des boucles de 60 secondes.

La loi n’a pas encore déployé ses effets. Il faut dire qu’elle implique de réduire fortement le trafic de transit au cen tre-ville. Une révolution. «On ne peut pas changer le régime des feux du jour au lendemain, explique le chargé de communication de la DGT. Mais avec la nouvelle loi, les Genevois nous ont donné le cap pour prioriser les feux.»

Un crédit de 50 millions a été débloqué pour moderniser la signalisation, en bonne partie obsolète; 30% des 470 feux sont en bout de course. Il s’agira aussi de créer une centrale de gestion du trafic et d’installer des panneaux d’informations sur le trafic.

«Des études sont encore nécessaires pour redéfinir les schémas de circulation, redessiner les trajets des différents usagers», poursuit la DGT. Il faudra ensuite reprogrammer tous les feux.

Pour le Département, la première étape consiste à développer la moyenne ceinture, qui amènera les voitures en transit à contourner le centre plutôt que le traverser. «Tant que l’on n’offre pas un itinéraire efficace aux voitures pour se rendre d’un côté à l’autre de la ville via les axes structurants, on ne peut pas limiter le trafic au centre.» Sur la Rive droite, cette ceinture doit être prête en 2018. Sur la Rive gauche, à partir de 2019.

Ce phasage, qui traite les véhicules en priorité, n’est pas du goût des écologistes, qui craignent qu’au final les piétons ne soient les dindons de la farce.

Quoi qu’il en soit, la nouvelle régulation des feux n’est pas pour demain. Les mesures que nous avons réalisées constituent toutefois un très bon jalon de la situation actuelle. Reste à savoir combien de temps les piétons s’en accommoderont. Commentaire d’un retraité qui, un matin à Cornavin, s’enquérait de nos comptages: «Ils devraient nous installer des fauteuils.» (TDG)

Créé: 06.06.2017, 21h31

Chronométrage

Les neufs carrefours ont été choisis pour deux raisons. D’une part, ils sont parmi les plus fréquentés, d’autre part, ils permettent d’illustrer la future politique des transports qui prévoit de donner, au centre-ville, la priorité à la mobilité douce tout en maintenant deux axes à fort trafic, la moyenne ceinture et le U lacustre.

Les mesures ont été prises durant le mois de mai, aux heures de pointe.

Sur chaque carrefour, les temps pour chaque passage (piéton et voiture) ont été chronométrés sur dix minutes afin d’établir une moyenne, la présence de bus ou de tram pouvant perturber la régularité des feux.

En général, une boucle (phase verte et phase rouge) est réglée pour durer 100 secondes, voire 120 secondes à certains croisements.

Articles en relation

La mobilité douce attend sa révolution

L’éditorial Plus...

Les Verts pestent contre le ministre des Transports

Genève Le parti reproche à Luc Barthassat de favoriser la voiture dans sa lecture de la nouvelle loi sur la mobilité. Plus...

Genève n’est pas un enfer piéton… sauf aux feux!

Mobilité Une étude scrute le confort des marcheurs dans les villes romandes. Plus...

L’amende de 1200 fr. infligée à un piéton est annulée

Justice Le Tribunal de police a jugé la bûche excessive. Un quinquagénaire avait traversé hors des clous et contesté la contravention. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Liliane Bettencourt
Plus...