Passer au contenu principal

Un Carougeois reçoit le Prix Hans Erni pour son formidable engagement auprès des jeunes

Rolf Widmer, président du Service social international - Suisse, veut ouvrir des perspectives aux enfants les plus défavorisés.

Rolf Widmer soutient des personnes socialement défavorisées depuis quatre décennies.
Rolf Widmer soutient des personnes socialement défavorisées depuis quatre décennies.
DR

Cela fait quatre décennies qu’il soutient des personnes socialement défavorisées, et plus particulièrement des enfants et des jeunes. Un tel engagement méritait bien une distinction: Rolf Widmer, président du Service social international (SSI) - Suisse, vient ainsi de recevoir le Prix Hans Erni qui récompense des penseurs progressistes et des personnalités œuvrant de manière forte et personnelle en faveur de la justice sociale et de la paix.

C’est la troisième fois que la Fondation Hans Erni décerne ce prix, créé en 2009 à l’occasion du 100e anniversaire de l’artiste et doté de 50 000 francs. Une somme que le lauréat, né à Bâle et domicilié à Carouge, utilisera pour créer un fonds destiné à financer des formations pour des jeunes en difficulté. «En Suisse et à l’étranger, précise Rolf Widmer (67 ans). Au sein du SSI, nous avons d’ailleurs créé un réseau en Afrique de l’Ouest pour soutenir des jeunes afin qu’ils construisent leur avenir sur place. Chaque enfant possède des talents, mais tous n’ont pas la chance de pouvoir les développer. Mon objectif a toujours été de créer des cadres à cet effet.» Aujourd’hui six fois grand-père, suite à l’adoption de trois orphelins libanais alors que jeune homme il était en poste dans ce pays en guerre… et ayant encore huit autres petits-enfants par son mariage avec Marie-Françoise de Tassigny (ancienne cadre de la Ville de Genève), le sexagénaire a été à bonne école avec l’adoption famille!

Dans le cadre de ses diverses activités, l’économiste et travailleur social - fondateur et directeur de l’association Tipiti en Suisse orientale (lieux de vies alternatives pour des enfants et des jeunes sans famille), responsable dans les années 90 de l’organisation pour l’asile à Zurich ou encore pendant 15 ans directeur du SSI-Suisse - Rolf Widmer a développé un large éventail d’offres et de services qui ont permis à des milliers d’enfants et jeunes en Suisse et à l’étranger d’améliorer leur situation de vie. Mais il s’est surtout distingué par le développement de différentes formes d’hébergement et de prise en charge d’enfants qui ne peuvent pas grandir dans leur propre famille: «Indépendamment de sa nationalité et de son statut, chaque jeune a le droit à une prise en charge, un accompagnement bienveillant et à des perspectives d’avenir.» Investir dans l’accompagnement personnalisé et la formation des mineurs non accompagnés (MNA) fait ainsi partie de ses priorités du moment. «Le SSI a entre autres initié le programme Un set de plus à table pour favoriser les liens des MNA à travers la société civile. Pas moins de 700 à 800 familles sont aujourd’hui actives dans toute la Suisse, se félicite-t-il. Il est important pour les jeunes de pouvoir compter sur des personnes référentes qui croient en eux!»

Au-delà des destins individuels, Rolf Widmer a contribué à l’élaboration de standards qui bénéficient d’une reconnaissance générale et qui font école en Suisse comme à l’étranger. Une exposition intitulée «Entre Appenzell et Ouagadougou» retraçant l’ensemble des actions réalisées par ce Carougeois d’adoption, tout au long de sa carrière, se tient jusqu’à cet été au musée Hans Erni à Lucerne.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.