À Carl-Vogt, une rénovation qui fâche

JonctionDes locataires se plaignent des désagréments que des travaux provoquent dans leur logement.

Au boulevard Carl-Vogt, dans une barre Honegger, un ouvrier attaque le béton dans une salle de bains.

Au boulevard Carl-Vogt, dans une barre Honegger, un ouvrier attaque le béton dans une salle de bains. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le bruit est assourdissant, impossible de se parler. Des ouvriers attaquent au marteau-piqueur la dalle dans la salle de bains. Le mur qui la sépare de celle du voisin a déjà été abattu, annonce d’une rénovation qui vient de débuter dans cet appartement de la Cité Carl-Vogt. Les meubles du salon ont été bâchés et le locataire, un monsieur de plus de 90 ans, s’est réfugié dans la cuisine. «On va me déplacer dans un autre appartement quelques jours, le temps des travaux.»

Tous n’ont pas cette chance. Chez les locataires du dessus, les ouvriers sont déjà intervenus, en présence des habitants. Certains sont fâchés et l’ont fait savoir à la presse ce lundi.

Douches au rez-de-chaussée

La Cité Carl-Vogt et ses cinq barres Honegger comptent plus de 400 logements. Son propriétaire, l’Hospice général, en a entamé la rénovation. «Ils font les travaux en deux étapes, raconte une locataire. D’abord, ils s’occupent des salles de bains. Durant deux semaines, les douches se prennent au rez-de-chaussée et on nous pose des toilettes chimiques la nuit. Puis ils reviendront pour changer les fenêtres et isoler les murs.»

Ces interventions causent bien sûr du bruit, de la poussière, des coupures d’eau parfois intempestives et de multiples désagréments qui mettent les nerfs à vif. «Les plannings ne sont pas toujours clairs, la coordination fait parfois défaut, les gens sont mal informés, déplore Jean-Pierre Fioux, de l’Association des habitants de la Jonction. L’Hospice a sous-estimé la complexité du chantier.»

Les habitants réclament notamment la présence d’une personne qui fasse le lien entre les entreprises et les locataires. «Il y a une accompagnatrice sociale, mais elle s’occupe des personnes les plus précaires, ce n’est pas suffisant», estime un habitant.

Appartements test

Contacté pour répondre à ces griefs, l’Hospice souligne que les premiers logements rénovés ont permis de tester les techniques d’intervention, ce qui a engendré d’inévitables aléas. «Depuis, les modes opératoires ont été fiabilisés et les plannings sont tenus.» En ce qui concerne les relocations temporaires, elles ne sont prévues que pour des personnes âgées ou à mobilité réduite. Enfin, l’Hospice, qui va rencontrer des représentants des habitants début mai, rappelle que des moyens conséquents ont été consacrés au suivi de cette opération. Avec notamment un poste d’accompagnatrice dont le rôle sera renforcé.

Créé: 15.04.2019, 18h30

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...