Le Canton interviendra à Berne pour maintenir «l’actu» de la RTS à Genève

PolitiqueUne résolution interpartis passe à l’unanimité. Elle sera envoyée à l’Assemblée fédérale.

Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les députés et le Conseil d’État s’inquiètent des projets de la RTS de déménager ses rubriques d’actualité à Lausanne.

Les élus ont accepté à l’unanimité une résolution adressée à l’Assemblée fédérale lui demandant «d’intervenir en faveur d’un meilleur équilibre des activités audiovisuelles de la RTS en Suisse romande». Elle lui demande de s’engager pour le «maintien à Genève de l’activité télévisuelle et à Berne de l’activité radiophonique». Cette dernière doit en effet être transférée vers Zurich.

Les élus sont à l’unisson. Delphine Bachmann (PDC) explique qu’il faut envoyer un signal clair à Berne après la concentration de la presse écrite à Lausanne. Nicole Valiquer (PS) voit dans le déplacement une centralisation qui en annonce une autre: vers Zurich. «C’est un manque de respect envers notre canton, ville internationale, agglomération transfrontalière, qui a une voix spécifique à faire entendre.» Autre aspect avec Jocelyne Haller (EàG): «Avec cette centralisation, la RTS porte atteinte à son mandat de service public. En supprimant 200 emplois sur le canton, elle supprime en outre des compétences importantes». Les Verts renchérissent. Pierre Eckert dénonce en substance une restructuration à sens unique.

Mais intervenir par le biais d’une résolution, c’est bien, mais est-ce suffisant? «Non, pense Bertrand Buchs (PDC). Comment croire que la RTS va conserver ici une partie de ses activités alors qu’elle se construit un nouveau centre, et qu’elle s’y déplace. Quant à la tour à Plainpalais, elle la louera.» Dans ce concert, seule l’UDC détonne. Stéphane Florey estimant qu’il aurait mieux valu voter l’initiative No Billag, car de toute façon «les décisions sont prises et les emplois partiront.» Le conseiller d’État Serge Dal Busco accueille le texte avec intérêt. Lui non plus ne comprend «ni la logique économique, médiatique ou de marché du déplacement annoncé». À noter qu’en octobre, les députés avaient déjà accepté une résolution pratiquement identique. Ces préoccupations recoupent celles du syndicat de la RTS. Hasard du calendrier, dans un courrier envoyé à la presse mercredi, le SSM s’inquiète aussi du déplacement annoncé. Il met en exergue ses coûts et doute de son sens: «Au lieu de s’engager dans des projets immobiliers prestigieux, estime le syndicat, la RTS devrait plutôt concentrer ses ressources limitées sur le développement de ses programmes originaux et sur une plus juste rétribution de son personnel». (TDG)

Créé: 15.05.2019, 22h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des soins pour Vincent Lambert
Plus...