Passer au contenu principal

Le Canton cherche trop souvent à doubler les communes, selon l'Alternative

22 magistrats de gauche appellent à une meilleure coordination, garantie par la nouvelle Constitution.

Conférence de presse de Magistrats et candidats de l'Alternative.De gauche à droite: Sami Kanaan, Antonio Hodgers, Rémy Pagani, Anne Emery-Torracinta, Yvan Rochat, Thierry Apothéloz et Carole-Anne Kast posent devant la caserne des Vernets.
Conférence de presse de Magistrats et candidats de l'Alternative.De gauche à droite: Sami Kanaan, Antonio Hodgers, Rémy Pagani, Anne Emery-Torracinta, Yvan Rochat, Thierry Apothéloz et Carole-Anne Kast posent devant la caserne des Vernets.
Olivier Vogelsang

«Il est important de travailler en bonne entente et pas dans une guerre de méfiance», affirme Sami Kanaan, conseiller administratif socialiste en Ville de Genève.

A ses côtés à la veille des élections cantonales, 22 magistrats de l'Alternative dénoncent le manque de coordination entre l'action du Canton et celle des communes. Le processus de concertation est pourtant garanti par l'article 135 de la nouvelle Constitution, entrée en vigueur le 1er juin. «Les articles constitutionnels restent lettre morte s'il n'y a pas des politiques pour les porter», estime Antonio Hodgers, candidat vert au Conseil d’État. Et le conseiller administratif verniolan Yvan Rochat de citer un exemple récent: un projet de loi déposé récemment sur le vote des budgets déficitaires, sans que l'Association des Communes genevoises n'en ait été avertie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.