La cane «Roxy» et ses canetons squattent au 8e étage d’un immeuble du Petit-Lancy

InsoliteIls sont nés sur la corniche, avant de faire leurs premiers pas sur le balcon, puis de s’installer dans le salon. Deuxième ponte en trois mois au même endroit. Il a fallu solliciter à nouveau les pompiers.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

On se souvient de la cane qui pondait ses œufs dans la rotonde végétalisée de la piscine de Carouge, avant de traverser avec sa tribu le bassin olympique pour rejoindre l’Arve. Une fidèle, adoptée par les gardiens de bains. Plus récemment, on a vu une famille de harles bièvres s’égarer dans le plan d’eau du Mur des Réformateurs, sous le bec prédateur de corneilles survolant la scène.

Ce genre de fugues risquées loin du lac se termine toujours à la centrale 118. Les pompiers sont des récupérateurs professionnels; ils ont des gants, des épuisettes et des filets pour cela. Des cages aussi, de différentes tailles.

Fourgon à tout faire

La dernière histoire du genre nécessitant l’intervention du fourgon de premier secours remonte à ce jeudi 12 juillet. Son adresse est pour le moins inédite. On quitte l’espace public pour investir l’appartement d’un particulier. Au dernier étage d’un immeuble qui en compte huit, le long de la route de Chancy, juste après le bâtiment sans balcons du pouvoir judiciaire.

Locataire heureux. Lui en a un, de balcon, d’où l’on voit le Salève, la cathédrale et la Rade. Il s’appelle Cyrille Guillod, est employé administratif au Service d’incendie et de secours (SIS) et vit avec Katherine, sa compagne péruvienne et, depuis ce printemps, Roxy, leur animal de compagnie.

Ni chien ni chat

Roxy n’est ni un chien ni un chat. Roxy est une cane, squattant la corniche aménagée avec soin comme une jardinière de balcon. En avril, Cyrille soulève deux pierres blanches décoratives et tombe sur une paire d’œufs. La descendance se prépare, 30 mètres à la verticale de cet axe routier bien connu.

Qu’il pleuve, vente ou tonne, Roxy est une bonne mère couveuse. Quatre semaines plus tard, neuf canetons voient le jour. Ils se déplacent à la queue-leu-leu sur la corniche, contournent par l’extérieur le salon et s’installent sur le balcon. Avant de profiter d’une porte-fenêtre entrouverte pour se regrouper derrière le canapé.

L’employé du SIS fait passer le message. Ses collègues sapeurs interviennent en douceur, assurent le transfert de la famille complète jusqu’au proche Bois de la Bâtie.

Plumes dans le nid

«Deux semaines après, j’ai voulu nettoyer le nid et j’ai découvert qu’il avait été réaménagé avec de nouvelles plumes», témoigne Cyrille. Roxy était revenue. Deuxième ponte. Sous la surveillance bienveillante du couple d’hébergeurs. «Comme il faisait extrêmement chaud en façade, on lui a rempli un petit brumisateur; ça lui a fait beaucoup de bien», expliquent-ils d’une même voix. Les canetons, demi-douzaine, sont nés ce mercredi. On compte un disparu et un œuf restant. C’est «le message d’ambiance» que le caporal chef d’équipe transmet à sa centrale en milieu de matinée.

On fait quoi avec l’œuf? La caserne ne dispose pas de couveuse. Alors, on demande au dernier de réserve, coursier du jour, de l’amener sans feux prioritaires au Centre de réadaptation ornithologique de Genthod. Quant à la cane et ses canetons, ils seront sans doute conduits à nouveau au Bois de la Bâtie.

L'étang du Bois

Roxy connaît bien l’endroit, son parc animalier et son étang. Elle y a déjà une famille entière. Mais son adresse préférée, c’est une corniche soignée comme un jardin suspendu de la route de Chancy. Paroles de locataires: «Elle va nous manquer. On ira lui dire bonjour au Bois.»

Et pour le disparu, on lance un avis de recherche? Demandez aux buses qui tournent au-dessus de l’immeuble. Les pompiers sont intervenus à temps. Juste avant le repas de midi. Ce sauvetage réussi vaut bien une tournée de millefeuilles, du nom de cette pâtisserie qui, au SIS, marque symboliquement les étapes d’une carrière.

(TDG)

Créé: 12.07.2018, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.