«Les candidats de gauche doivent appuyer la réforme»

Fiscalité des entreprises Le PLR Alexandre de Senarclens pense que Hodgers, Salerno et consorts doivent militer pour la réforme de la fiscalité PF 17.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En refusant largement, le 12 février 2017, la réforme fédérale de l’imposition des entreprises (RIE III), les Suisses n’ont pas clos définitivement le dossier. Cet été, le Conseil fédéral a du reste dessiné une nouvelle mouture de cette réforme – Projet fiscal 17 (PF 17) – qui doit notamment en finir avec les régimes spéciaux et avantageux offerts par certains cantons (dont Genève) à des entreprises. Si les travaux avancent normalement, les Chambres fédérales devraient se prononcer lors de leur session d’été 2018.

A Genève, une table ronde, voulue par le Conseil d’Etat, a réuni partis, partenaires sociaux et communes en 2016 afin de plancher sur l’application cantonale de RIE III. Et, si possible, de créer un large front pour soutenir la réforme. Cette table ronde a repris du service en 2017. Dans ce cadre, le PLR Alexandre de Senarclens – lui-même candidat au Conseil d’Etat – en appelle à l’union sacrée. Le député et président du parti demande concrètement aux candidats Verts et socialistes à l’Exécutif cantonal de plaider en faveur de PF 17 au sein de leurs troupes.

Alexandre de Senarclens, pourquoi adressez-vous cette demande à la gauche gouvernementale?

Parce que j’estime que ce n’est pas parce que nous sommes en période préélectorale qu’il faut mettre en danger cette réforme fiscale. Elle est capitale pour le canton, notamment en termes d’emplois (61 000 sont concernés). Genève ne peut se permettre de la rater et nous devons envoyer un message clair aux entreprises afin de les rassurer. Je rappelle que, pour Genève, PF 17 ne change presque rien par rapport à RIE III. Le projet du Conseil d’Etat était mesuré. Il a du reste servi de référence pour le nouveau projet fédéral.

Exiger de candidats de gauche de se profiler sur un dossier aussi délicat par rapport à leur électorat, n’est-ce pas une demande peu réaliste?

Ce que je souhaite, c’est que les candidats PS et Verts réitèrent le soutien au volet genevois de cette réforme qu’ils avaient clairement exprimé en janvier 2017. Cela concerne Anne Emery-Torracinta, Antonio Hodgers, Sandrine Salerno et Thierry Apothéloz. Ils doivent être les défenseurs de PF 17 dans leurs formations. Il me semble que les citoyens attendent aussi des candidats à une telle fonction qu’ils soient capables de s’extraire de la mêlée des querelles partisanes. Et encore une fois, PF 17 est une réforme trop importante pour la laisser tomber dans le marigot électoral.

Le PLR serait-il de son côté prêt à faire des concessions?

Certainement, pour autant que la gauche en fasse de même. Nous pourrions geler un certain nombre de projets, comme la suppression de la taxe professionnelle. Mais je dois dire que nous sommes un peu échaudés en ce moment. Il y a eu le vote sur le financement des TPG et la tentative ratée de suspendre le bouclier fiscal initiée par Romain de Sainte Marie. Les partis de gauche jouent au pyromane. Si nous voulons avancer sur le dossier fiscal, il faudra que chacun donne des gages.

Mais avez-vous absolument besoin du PS et des Verts pour faire passer la réforme fiscale?

Nous aurions peut-être une majorité au Grand Conseil, formée de l’Entente, de l’UDC et du MCG. Mais ce n’est pas forcément suffisant pour ce type de sujets. Il faut une alliance très large, sans cela le risque de perdre devant le peuple est grand.

Au fond, pourquoi PF 17 est-il aussi indispensable à Genève?

Parce que cette réforme sera une des conditions de notre prospérité, de nos rentrées fiscales pour les années à venir, et, surtout, garantira des milliers d’emplois. Au-delà de PF 17, il faudra de toute manière passer par des mesures structurelles pour éviter que le bateau des finances de l’Etat ne continue de dériver.

(TDG)

Créé: 16.10.2017, 19h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.