Le calme avant la tempête au PLR genevois

PolitiqueÀ Chêne-Bourg, à un mois de l'assemblée sur l'avenir de Pierre Maudet, chaque camp compte ses partisans. Ambiance tendue.

Alexandre de Senarclens reste sur ses positions et invite les membres du parti à débattre sur la crise qu'il traverse lors de l'assemblée générale extraordinaire du 15 janvier 2019.

Alexandre de Senarclens reste sur ses positions et invite les membres du parti à débattre sur la crise qu'il traverse lors de l'assemblée générale extraordinaire du 15 janvier 2019. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils sont venus, ils sont tous là... à l'assemblée des délégués du PLR genevois organisée à Chêne-Bourg. L'ordre du jour est anodin, puisqu'il s'agit de décider des mots d'ordre pour les votations de février, portant sur la loi sur la laïcité, le remboursement des soins dentaires et pour une caisse d'assurance maladie.

Mais le public est étonnement fourni: le président du parti, Alexandre de Senarclens, les conseillers nationaux, sauf Christian Lüscher, les deux conseillers d’État, les anciennes stars du parti: Gilbert Coutau, Claude Haegi et une centaine de membres sont présents. Que se passe-t-il? C'est que le 15 janvier, lors d'une assemblée générale extraordinaire, le parti se penchera sur le sort de Pierre Maudet. Plusieurs instances réclament sa démission. À un mois et quelque jours de l'échéance, alors que les amis de Pierre Maudet réclament la fixation de l'assemblée le 18 décembre, le feu couve sous la cendre. Chaque camp est présent à Chêne-Bourg: pas question de laisser le champ libre à l'adversaire.

À ce petit jeu, c'est le président qui a un avantage: c'est à lui d'ouvrir l'assemblée. La gorge nouée, revenant sur la demande de démission adressée au magistrat cantonal, Alexandre de Senarclens lance sans le citer une seule fois: «Lundi, le comité directeur a parlé. Ses 28 membres ont pris leurs responsabilités en décidant au plus près de leur conscience. C'est un choix difficile, qui n'a pas été pris de gaîté de cœur, inimaginable il y a quelques mois. Malgré nos désaccords, nous devons respecter le choix du comité. Une autre instance se réunira et tranchera le 15. Il est important qu'elle se réunisse, débatte et tranche aussi.» La discussion embraye ensuite sur les objets de votations, sans grande passion, sauf sur la loi sur laïcité où le travail de son auteur, Pierre Maudet, est applaudi.

C'est finalement aux divers, en fin de séance, que les discussions s'échauffent, un avant-goût du 15. «Mais pourquoi avez-vous décidé de choisir le 15 pour votre assemblée, alors que la Ville a un Conseil municipal et qu'aucune autre salle n'est disponible», déclare une participante au président. D'autres critiques pleuvent sur l'intervention du PLR national sur l'affaire Maudet. «Que voulez-vous, nous sommes dans le viseur de toutes les sections PLR Suisse», rétorque Hugues Hiltpold. Sifflets, applaudissement, cris de «présomption d'innocence»! D'autres demandes visant à changer la date de l'assemblée sont faites, mais Alexandre de Senarclens ne bouge pas. Au terme de ce débat au cours duquel la crise du parti a pu être discutée pour la première fois ouvertement, l'ambiance au sein du PLR s'avère tendue, mais reste civilisée. Un ton qui tranche par rapport aux interventions parfois entendues sur le même sujet sur les réseaux sociaux. (TDG)

Créé: 06.12.2018, 21h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...