Passer au contenu principal

Calebasses et patates douces sont de retour au centre-ville

Sur le pont des Bergues comme dans les Rues Basses, poussent les plantes grimpantes.

Elles sont de retour et cela fait drôlement plaisir. Surtout dans un centre-ville, le nôtre, qui n’a de piétonnier que le nom. Elles, ce sont les capucines, les calebasses et les patates douces, meneuses désignées de cette végétalisation saisonnière du pont des Bergues et des Rues Basses. Des plantes pleines d’énergie, grimpantes et volubiles, recrutées pour palissader d’une rive à l’autre la coursive végétale, épouser cette verticalité swinguante entre arceaux et losanges déployés comme des voiles de bateaux.

Sur le pavé commerçant, moins propice à la danse urbaine, les plantes choisies recouvriront les candélabres existants de verdure, en profitant d’un câblage articulé de trapéziste pour prendre de la hauteur. Il en faudra, de la hauteur, pour s’extraire de ce salon permanent de véhicules utilitaires au ras du bitume. Le matin, désormais, il est devenu impossible de marcher de Confédération à Rive sans se prendre les pieds dans cette jungle de fourgonnettes qui bouche l’horizon jusqu’à midi et même au-delà.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.