Passer au contenu principal

Au cachot pour avoir sifflé une gardienne de Champ-Dollon

Un détenu, qui a perdu son travail à l’atelier, conteste la sanction en justice.

Les faits contestés par le prévenu ont eu lieu le 20 janvier dernier dans la buanderie de Champ-Dollon.
Les faits contestés par le prévenu ont eu lieu le 20 janvier dernier dans la buanderie de Champ-Dollon.
Laurent Guiraud

«Attitude incorrecte envers le personnel», c’est par ce constat administratif qu’un détenu de la prison de Champ-Dollon s’est vu signifier deux jours de cachot le mois dernier. Selon nos renseignements, il est reproché à ce prisonnier, d’avoir, le 20 janvier, sifflé une gardienne.

En raison de cette sanction, l’homme s’est rapidement retrouvé habillé d’une sorte d’uniforme de circonstance, estampillé CFCD (cellule forte de Champ-Dollon), et conduit dans une chambre spartiate avec un matelas posé au sol. Le détenu sud-américain a également perdu sa précieuse place de travail en atelier.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.