Passer au contenu principal

Genève a encore 259 cabines téléphoniques. Avenir incertain

En six ans, leur nombre diminué de moitié dans le canton. Fin 2017, Swisscom n'aura plus l'obligation d'en proposer une dans chaque localité.

Laurent Guiraud

On ne fait même plus attention à elles. Tellement désuètes que l’esprit les zappe automatiquement. Qui peut citer l’emplacement de plus d’une cabine téléphonique à Genève? Entre 2004 et 2011, le nombre d’appels émis depuis une cabine en Suisse a baissé de 60% et, depuis, l’érosion continue.

Selon Swisscom, un quart des cabines sont employées moins d’un jour sur deux et 1000 ne sont même jamais utilisées! Leurs jours sont donc comptés. D’autant plus que la concession de service universel, octroyée par la Confédération à Swisscom, arrive à échéance à la fin de l’année 2017. Et, avec elle, le mandat qui oblige l’entreprise à maintenir au moins une cabine téléphonique dans chaque localité du pays… Doit-on s’attendre à une extermination en masse? A Genève, le démantèlement a déjà commencé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.