Passer au contenu principal

«C’est la première fois qu’on m’invite à donner mon avis»

Après huit ans en Suisse, les étrangers obtiennent le droit de vote dans leur commune. Trois d’entre eux racontent leur première fois.

De gauche à droite: Siamak Heydary, Yael Miller, Matthias Erhardt. Tous trois votent pour la première fois à l'occasion des élections municipales 2015.Photo: Steeve Iuncker-Gomez/Tribune de Genève
De gauche à droite: Siamak Heydary, Yael Miller, Matthias Erhardt. Tous trois votent pour la première fois à l'occasion des élections municipales 2015.Photo: Steeve Iuncker-Gomez/Tribune de Genève

Cette année, et pour la troisième fois dans le canton depuis 2007, les étrangers domiciliés en Suisse depuis plus de huit ans sont invités à élire les représentants de leur commune.

Cette frange de l’électorat n’est pas négligeable: en 2011, elle représentait en effet près de 26% de l’ensemble du corps électoral. Le taux de participation au sein de cette population reste pourtant faible (voir chiffres ci-contre). Le 19 avril, Yael, Siamak et Matthias ont voté pour la première fois. Pour eux, il s’agissait d’une étape symbolique importante, à ne pas rater. Ils nous racontent pourquoi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.