Passer au contenu principal

Des bus express intronisent la nouvelle loi sur la mobilité

L’Etat présente un agenda pour la mise en œuvre progressive du compromis que le peuple a avalisé en juin dernier

Cliquer pour lire l'infographie complète
Cliquer pour lire l'infographie complète

C’est à peu près le temps d’une gestation humaine. Neuf gros mois après l’acceptation par le peuple d’une nouvelle loi pour une «mobilité cohérente et équilibrée», le Département cantonal des transports a présenté hier l’ébauche de sa mise en musique sur le terrain. La presse a reçu une liste de 102 mesures. «Des solutions pragmatiques et de consensus, estime le conseiller d’Etat Luc Barthassat. C’est pour des moments comme celui-ci qu’on s’engage en politique.»

La loi, rappelons-le, privilégie une approche par secteurs en dessinant deux types de zones urbaines où la priorité serait donnée aux transports publics et à la mobilité douce. La première de ces zones, couvrant le cœur historique de la ville, aurait en outre vocation à voir les zones piétonnes se multiplier (voir carte à droite).

Parmi les mesures qui doivent mettre en œuvre ces principes, plusieurs doivent encore être étudiées; d’autres se manifesteront par étapes. Les effets perceptibles du nouveau texte, fruit d’un compromis négocié au parlement, tarderont souvent à se faire sentir. Mais des petits changements se matérialiseront prochainement.

Bus directs, arrêts révisés

Parmi les premiers et les plus concrets, des bus express seront mis à la disposition des pendulaires dès le 24 avril durant les heures de pointe sur quatre lignes: 5 +, C +, G + et V + (voir carte ci-contre). Repoussée cet hiver faute de tarifs ajustés (on votera à ce sujet en mai), cette prestation destinée aux pendulaires a été rendue possible par une rallonge budgétaire du parlement.

Ces dessertes rapides bouderont certains arrêts et dévieront parfois de la ligne qu’ils accélèrent. Exemple: le bus V + reliera Versoix à l’aéroport plutôt que Cornavin; provenant de Veigy, la ligne G + en revanche se rendra à la gare centrale alors que sa grande sœur, la G, a son terminus à Rive. Entre l’aéroport et Thônex-Vallard, le bus 5 + accéléré évitera le détour par l’hôpital et foncera par le pont du Mont-Blanc.

Une autre mesure touchera les transports publics durant le second semestre. Il s’agit de réorganiser le pôle d’échanges de Cornavin. Des arrêts de bus seront déplacés vers la place de Montbrillant ou le bas de la rue de la Servette. L’objectif est de réserver le passage sous les voies de chemin de fer aux seuls trams 14 et 18, dont les passages à la gare se déroulent aujourd’hui dans un climat de cohue. L’arrêt central ne servira plus qu’à grimper dans les véhicules qui, grâce à une ouverture des portes en deux temps, se seront au préalable délestés de leurs passagers par leur flanc extérieur, sur un espace piétonnisé.

Bâtir une ceinture routière

Dès l’été 2017 et jusqu’à la mi-2018, on s’occupera d’un premier tronçon de la moyenne ceinture, tant autour de la rade que sur la Rive droite. Le Département a pour stratégie d’offrir d’abord au trafic motorisé un itinéraire contournant le centre avant de commencer à apaiser ce dernier. «Pour supprimer le transit dans les zones urbaines tout en y donnant un accès par poches, il est nécessaire d’avoir une ceinture fluide et homogène», avance le directeur général des transports, David Favre.

L’idée est de donner aux voitures un circuit fluide comportant deux voies de circulation sur chaque sens, sur les quais, puis sur un itinéraire empruntant les avenues de la Paix, Giuseppe-Motta et Wendt jusqu’aux Charmilles. Cela passera notamment par une reprogrammation des feux, sur le mode de l’onde verte, soit une synchronisation des feux de circulation sur le même axe. La loi permet aussi de supprimer des parkings sans les compenser si le but est de fluidifier le trafic.

Onde verte pour vélos

Dans le même temps, l’Etat veut mettre en place un aménagement cyclable continu autour de la rade en recourant à un test sur le pont du Mont-Blanc: il passera par un remodelage des voies existantes et du trottoir amont afin de laisser un espace dédié aux deux-roues. Ces derniers devraient aussi disposer d’un itinéraire préférentiel du Bouchet à Cornavin sur l’axe de la Servette avec leur propre onde verte – un concept qui n’est apparemment pas réservé aux voitures. Il pourrait être mis en service déjà en juin, promet l’Etat.

De 2018 à 2019, la moyenne ceinture devrait se mettre en place dans le secteur Arve-Rhône (via l’axe du pont Butin, les Palettes et le Val d’Arve). Puis, après la mise en service du Léman Express, le secteur Arve-Lac prendra le relais de 2019 à 2021. Sur cette base, on compte pacifier certains quartiers, notamment au centre, mais aussi en banlieue.

Des zones 30 à la Jonction

On prévoit ainsi une vaste zone 30 à la Jonction ou une autre dans le quartier lancéen des Morgines. On évite prudemment de parler de piétonnisation. Sans exclure toutefois d’en réaliser, comme cela a déjà été évoqué, à Rive (en lien avec un nouveau parking souterrain) ou aux Bergues. A noter que de telles zones doivent être mises à l’enquête et réalisées en concertation avec les Communes.

On prépare aussi la fluidification de «pénétrantes multimodales», des artères servant à rallier le centre. L’onde verte (motorisée, cette fois) de la route de Malagnou est à bout touchant. Comment fera-t-on si le gabarit routier ne permet pas de réserver une place à tous les modes de transport sur ces artères? «La loi donne une marge de manœuvre, rappelle Matthieu Baradel, chef de projet. Si la place manque, le texte donne la possibilité de travailler par couloirs et de créer des itinéraires cyclables sur d’autres rues.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.