Le budget de la Ville adopté à une large majorité

GenèveLe déficit s'élève à 20 millions de francs pour 2020. L'ombre du PLR Simon Brandt a plané sur les débats.

Le Conseil municipal siège en plénum à l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Le Conseil municipal siège en plénum à l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il règne une atmosphère particulière, samedi, lorsque le Conseil municipal se réunit pour voter le budget 2020 de la Ville de Genève. D'abord parce que l'interpellation du candidat du PLR à la mairie Simon Brandt – remis en liberté depuis – est sur toutes les lèvres. Parce qu'il s'agit aussi du dernier débat budgétaire pour celle qui veille sur les finances municipales depuis 2007, la magistrate socialiste Sandrine Salerno, qui ne se représente pas. Enfin parce que pour une fois durant cette législature, les partis y ont tous trouvé leur compte, acceptant le texte à une large majorité (69 oui, 0 non et 7 abstentions).

Seul le Parti du Travail s'est abstenu. Pourtant, le budget est déficitaire de quelque 20 millions de francs (sur un total de 1,196 milliard de francs de charges). En cause: la baisse attendue des rentrées fiscales des entreprises avec l'entrée en vigueur, le 1er janvier, de la RFFA. «La Ville est à un tournant, prévient le MCG Daniel Sormanni. À l'avenir, il faudra maîtriser les dépenses.» Une réserve conjoncturelle, alimentée par les excédents 2017 et 2018, permettra dans un premier temps d'éponger les pertes.

Dix postes de pompiers supplémentaires

Le projet de budget, présenté à la fin de l'été, affichait un déficit plus important encore, de l'ordre de 30 millions de francs. Ce trou a pu être en partie comblé grâce à l'augmentation de 10 millions de francs de la subvention cantonale pour l'entretien des routes. De quoi dégager une petite marge de manœuvre et permettre aux conseillers municipaux, en pleine campagne électorale, d'avoir quelques millions «à distribuer».

Dès l'automne, plusieurs ajustements ont été faits en commission. Trois associations de réinsertion, menacées par la disparition du «Fonds chômage», ont pu être sauvées. La baisse du centime additionnel à 45.49, défendue par le MCG l'an dernier, a été maintenue. Proposée par la conseillère municipale du Parti du Travail Maria Pérez, la création de dix postes de pompiers supplémentaires a, elle, été validée au début du mois de décembre.

La droite élargie impose sa volonté

En dépit du travail déjà accompli en commission, le marathon budgétaire aura tout de même duré une douzaine d'heures samedi. Une quarantaine d'amendements ont été déposés. Le PLR Rémy Burri a fustigé «les correctifs des mauvais perdants de la gauche». «Les citoyens ne sont pas avec nous dans les salles de commission. Il faut qu'ils comprennent les arbitrages que l'on fait», lui a répondu la Verte Uzma Khamis Vannini.

En fin de compte, seule une poignée d'amendements ont été acceptés. Les centres aérés bénéficieront d'un soutien renforcé (150 000 francs). La gauche n'a pu compter sur le PDC que dans de rares cas de figure: pour la nouvelle subvention à l'association Viol Secours (100 000 francs) ou pour la hausse de celle octroyée à l'Institut des cultures arabes et méditerranéennes (de 50 000 à 100 000 francs).

Par ailleurs, et comme ce fut souvent le cas au cours des cinq dernières années, la droite élargie (PDC, PLR, UDC et MCG) a imposé sa volonté. Attaquées par la gauche, la Cicad et l'Association suisse des sous-officiers conservent leur aide financière. L'enveloppe dévolue à la solidarité internationale augmente (500 000 francs) mais pas assez pour atteindre l'objectif fixé par le Conseil administratif à 0,7% du budget. Post Tenebras Rock (PTR) a dû se résoudre à voir sa subvention amputée de près d'un quart (75 000 francs), tandis que le fonds de soutien pour l'urgence climatique, défendu par le Vert Alfonso Gomez, attendra.

La petite enfance parmi les priorités

Concocté par un Exécutif à majorité de gauche, le budget 2020 prévoit également la création de 110 nouvelles places de crèche, le renforcement du système de contrôle interne, les moyens nécessaires pour l'ouverture de la Nouvelle Comédie et la pérennisation de l'hébergement à l'année des sans-abri, inespérée en début de législature. «Un budget progressiste, qui maintient les prestations», se félicite la socialiste Christina Kitsos.

L'ombre de Simon Brandt aura plané tout au long des débats. Viendra? Viendra pas? Auditionné par le Procureur général samedi encore, l'élu PLR est arrivé juste à temps pour voter les délibérations finales, sous les applaudissements d'une partie de la droite. Mais trop tard pour sauver l'augmentation de la subvention au Refuge de Darwyn, une association qui vient en aide aux chevaux maltraités, qu'il avait fait passer en commission. Et que la gauche, bien aidée par le PDC, s'est empressée d'enterrer en son absence. Mais pour Simon Brandt, l'essentiel était ailleurs.

Créé: 15.12.2019, 01h04

Articles en relation

Un premier feu vert pour le budget déficitaire de la Ville

Genève La commission des finances a accepté le premier projet du Conseil administratif après l'approbation de la réforme fiscale RFFA. Quelques subventions ont été ajoutées. Plus...

L'Exécutif propose un budget déficitaire, plombé par RFFA

Ville de Genève La réforme de la fiscalité des entreprises pèse sur le projet de budget 2020. Le Municipal devrait entrer en matière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les processus de naturalisation recadrés
Plus...