Le budget 2019 de la Ville est à l’équilibre. Sera-ce suffisant?

Conseil administratifSandrine Salerno présente au Conseil municipal un projet de budget sans déficit. Elle espère que la droite élargie entrera en matière.

Sandrine Salerno souhaite que le Conseil municipal reconnaisse les efforts de l’exécutif.

Sandrine Salerno souhaite que le Conseil municipal reconnaisse les efforts de l’exécutif. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Le souhait du Conseil administratif, c’est que son projet de budget 2019 permettra d’avoir un dialogue serein avec le Conseil municipal. Ce qui n’a pas vraiment été le cas ces dernières années.» Sandrine Salerno n’a pas caché une seconde à la presse, ce mercredi, qu’elle ne souhaitait en aucun cas revivre le feuilleton du budget 2018, lequel n’aura finalement été voté par le Municipal qu’en juin de cette année.

La responsable des Finances municipales et ses collègues partent toutefois cette fois avec de meilleurs atouts. Le premier projet de budget 2018 du Conseil administratif était en effet déficitaire de 20 millions alors que celui de 2019 est juste à l’équilibre. Le risque d’un refus d’entrée en matière par l’Entente, l’UDC et le MCG le 11 ou le 12 septembre est donc minime. D’autant qu’aucune création de postes n’est prévue.

Relativement bien reçu

Les premières réactions au sein du PDC et du PLR le laissent en tous les cas entendre. «J’ai cette fois l’impression que nous avons été mieux entendus, commente ainsi la conseillère municipale PDC Marie Barbey-Chappuis. Le mauvais point, c’est que la dette augmente du fait que les investissements ne sont pas complètement autofinancés. Mais je pense que nous l’enverrons en commission et que nous chercherons à l’améliorer.»

Le PLR Simon Brandt l’estime aussi, même s’il se montre plus critique. «Je remarque par exemple que l’équilibre est atteint uniquement parce que les recettes des horodateurs et des amendes de stationnement – prises à l’État grâce à une décision de justice – ont été inscrites dans les revenus. Sans cette recette qu’on peut qualifier d’extraordinaire, on serait dans le rouge. Il faudra examiner de nombreux points en commission. Il faut que Mme Salerno comprenne que le Conseil municipal n’est pas à ses ordres et qu’elle doit négocier avec lui. Notre décision finale en dépendra.»

Quatre priorités politiques

Globalement, les charges nettes en 2019 ont été évaluées à 1143,3 millions de francs pour des revenus quasi identiques. Par rapport au budget 2018, l’augmentation est de 32 millions. La progression est principalement due à quatre facteurs: le coût du mandat pour la perception des amendes (+8,5 millions) mais plus que compensé par les revenus attendus, les mécanismes salariaux (+10 millions), l’effort fait pour la politique familiale (+2,7 millions) et, enfin, l’ouverture de la Nouvelle Comédie (+2,5 millions).

Sandrine Salerno a précisé que le Conseil administratif avait fixé quatre priorités politiques qui justifient ces hausses de dépenses. C’est notamment le cas de l’augmentation des places dans les institutions de la petite enfance (45 sont prévues) ou du début du financement du fonctionnement de la Nouvelle Comédie, appelé à croître en 2020.

La socialiste s’est particulièrement réjouie de la victoire en justice contre le Canton s’agissant des recettes des horodateurs et des amendes de stationnement. «L’État et la Ville ont jusqu’à la fin de l’année pour trouver un accord, a-t-elle précisé. Désormais, il y aura une convention entre nous et la Fondation des parkings, et plus entre la fondation et l’État.»

À noter également que le Conseil administratif souhaite s’engager un peu plus en faveur de la finance durable et en a même fait une de ses quatre priorités. Son budget prévoit un soutien à Sustainable Finance Geneva (50 000 francs), une association qui fait un travail de sensibilisation des acteurs financiers aux solutions d’investissement responsable.

Reprise de la croissance

Si ce budget est équilibré, il le doit évidemment aussi aux bonnes perspectives conjoncturelles pour 2019. Conséquence: une hausse des rentrées fiscales après trois années moroses. Les prévisions du Département cantonal des finances tablent sur une augmentation de 15,4 millions.

Dans le détail, l’impôt sur les personnes physiques s’améliore de 9,7 millions pour s’établir à 564,8 millions. Celui des personnes morales atteint 180,1 millions, (+2,9 millions). Enfin, l’enveloppe des investissements pour le patrimoine administratif (100 millions) ne sera autofinancée qu’à 79,6%. Cela provoquera une augmentation de la dette de 20,4 millions. (TDG)

Créé: 29.08.2018, 19h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone
Plus...