Passer au contenu principal

Budget 2013: un poids lourd du PLR dénonce les "apprentis sorciers" de son parti

Michel Balestra dénonce "l'improvisation" des idées dévoilées par le PLR la semaine passée

STEEVE IUNCKER GOMEZ

"La réforme; pas l'injustice et l'improvisation". Ancien président du parti libéral, du conseil d'administration des HUG, ancien député, chef d'entreprise, Michel Balestra n'est pas ce qu'on appelle un perdreau de l'année. Du coup, le texte qu'il a écrit en fin de semaine passée à son parti a un certain poids en particulier lorsqu'il passe une volée de bois vert aux députés Pierre Weiss et Renaud Gautier ainsi qu'au président du parti Alain-Dominique Mauris. Michel Balestra y dénonce "les apprentis sorciers" qui ont présenté la semaine passée dix propositions pour éradiquer le déficit du budget. Passant en revue les principales mesures proposées (abolition du pont de fin d'année, fin du plend, blocage des annuités, taxe personnelle), il termine: "Désolé les amis: en tant que patron, vous n'êtes ni formés, ni vraiment doués. Vous devez mieux faire. La réforme de l'Etat pour la diminution de ses charges de fonctionnement est un chantier prioritaire. Il est trop important pour laisser la place au désordre et à l'improvisation." Contacté, le président du parti, Alain-Dominique Mauris prend acte des reproches, "malgré leur tonalité, ils s'inscrivent dans les discussions que nous entreprenons." Les députés PLR, qui ont une réunion ce soir pour évoquer la prochaine séance du Grand Conseil, auront donc au moins un intéressant sujet de conversation supplémentaire au menu.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.