Une bourse pour relancer les jeunes en rupture

Le Conseil d’État crée une allocation pour encourager les jeunes en rupture à reprendre une formation.

Ce soutien sera supervisé par CAP Formations, qui aide les jeunes ayant décroché à revenir dans le circuit de formation. Il regroupe l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue, l’Office cantonal de l’emploi et l’Hospice général.

Ce soutien sera supervisé par CAP Formations, qui aide les jeunes ayant décroché à revenir dans le circuit de formation. Il regroupe l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue, l’Office cantonal de l’emploi et l’Hospice général. Image: Lucien Fortunati

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une nouvelle mesure de soutien a été lancée par le Département de la cohésion sociale (DCS) pour permettre à des jeunes sans ou en rupture de formation de retrouver le chemin d’un cursus professionnel et d’augmenter ainsi leurs chances de réinsertion professionnelle de manière durable.

Le principe de ce projet pilote: une allocation de préformation (APF) dotée de 1000 francs par mois destinée aux 18 à 25 ans – soit un peu plus que l’aide sociale – assortie de la prise en charge de l’assurance maladie de base. Dans certains cas, un montant à concurrence de 800 francs peut être pris en charge pour le loyer.

Réinsertion volontaire

L’octroi de ces offres de soutien se fait à la condition que le jeune s’engage de manière volontaire dans des mesures de réinsertion comme une remise à niveau scolaire, un stage découverte ou en entreprise, un semestre de motivation (SEMO), un programme d’insertion, entre autres. «C’est une sorte de bourse d’études, résume le Conseil d’État, un coup de pouce pour amener vers la préformation puis la formation.»

Ce soutien sera supervisé par CAP Formations, qui aide les jeunes ayant décroché à revenir dans le circuit de formation. Il regroupe l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue, l’Office cantonal de l’emploi et l’Hospice général. Le service aura également pour tâche d’accompagner le jeune et de veiller à l’atteinte des objectifs convenus.

L’APF bénéficiera d’un budget annuel de 6,3 millions de francs. Dans un premier temps, elle sera versée par l’Hospice général et accordée pour une durée variable comprise entre six et dix-huit mois.

«Le nombre de jeunes qui démarrent leur vie active en étantà l’aide sociale augmente»

400 jeunes admissibles

Une prolongation exceptionnelle de six mois pourra être octroyée, pour autant qu’elle permette de faire le pont avec une entrée en formation confirmée, précise le Conseil d’État. Anna Vaucher, chargée de communication au Département de la cohésion sociale (DCS), ajoute qu’à l’heure actuelle, quelque 400 jeunes à l’aide sociale sont théoriquement admissibles.

À l’origine de cette allocation, un constat: «Le nombre de jeunes qui démarrent leur vie active en étant à l’aide sociale est en augmentation et ils peinent à entrer sur le marché du travail notamment par manque de qualifications, explique la porte-parole. Ce projet pilote permet de les rendre acteurs de leur réinsertion et de les aider à entrer dans la voie professionnelle.»

Pour 2017, l’Hospice général faisait état de quelque 2400 jeunes de 18 à 25 ans pris en charge, soit 14% du total de ses dossiers. Le projet pilote court pour l’instant sur deux ans. Mais à terme et après évaluation par le Département de la cohésion sociale, l’allocation de préformation pourrait être ancrée dans la loi sur les bourses et prêts d’études.

Créé: 28.01.2020, 19h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Classement des retraits de permis: Genève bon élève
Plus...