Passer au contenu principal

La boucherie du Molard attaquée par des antispécistes

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les vitres du commerce ont été brisées par des jets de pierres.

Genève, le 13 avril 2018. La Grande Boucherie du Molard a été attaquée cette nuit, et ses vitres brisées par des coups de marteau et des pierres. Serge Belime. Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 13 avril 2018. La Grande Boucherie du Molard a été attaquée cette nuit, et ses vitres brisées par des coups de marteau et des pierres. Serge Belime. Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 13 avril 2018. La Grande Boucherie du Molard a été attaquée cette nuit, et ses vitres brisées par des coups de marteau et des pierres. Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 13 avril 2018. La Grande Boucherie du Molard a été attaquée cette nuit, et ses vitres brisées par des coups de marteau et des pierres. Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 13 avril 2018. La Grande Boucherie du Molard a été attaquée cette nuit, et ses vitres brisées par des coups de marteau et des pierres. Photo: Laurent Guiraud
Genève, le 13 avril 2018. La Grande Boucherie du Molard a été attaquée cette nuit, et ses vitres brisées par des coups de marteau et des pierres. Photo: Laurent Guiraud
1 / 8

«C'est gratuit et c'est petit!», lâche, dépité, Serge Belime. Vers 2h du matin, dans la nuit de jeudi à vendredi, le directeur de la Grande Boucherie du Molard est alerté par la police que son commerce, installé au 20 rue du Marché, a été attaqué. Deux des trois vitrines ainsi que la porte vitrée ont été brisées par des jets de pierres. Pour le boucher, il ne fait aucun doute: des antispécistes sont à l'origine de ces déprédations.

Une attaque que confirme la police. «Plusieurs individus seraient impliqués, selon sa porte-parole, Chloé Dethurens. Des pierres ont été retrouvées sur le sol devant la boucherie et des autocollants antispécistes collés contre ses vitres.»

Ce n'est pas la première fois que l'enseigne bien connue des Genevois est la cible de défenseurs de la cause animale. «Depuis plusieurs mois, on tague notre devanture ou on nous colle des affichettes nous traitant d'assassins, de meurtriers, raconte Serge Belime. Et ce, même en pleine journée. Mais un tel acte de violence, ce n'était encore jamais arrivé.»

Outre les dégâts matériels, une bonne partie de la marchandise exposée en vitrine a été abîmée par des bris de verre et devra donc être jetée. Au total, le dommage subi pourrait avoisiner les 15'000 francs, selon le directeur de la boucherie, qui est allé déposer plainte dans la matinée.

«Je comprends qu'on puisse avoir ce type de convictions, mais il faut aussi respecter les autres, estime Serge Belime. Je trouve regrettable que certains ultras utilisent de tels moyens de voyous pour faire passer leur message.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.