Passer au contenu principal

«Les bornes, c’est le dernier coup dur à notre commerce»

Depuis vingt-cinq ans, Monique et Guido Bargoni tiennent boutique au 15 et au 17 de la Grand-Rue.

Pétition du père Glozu

Manque d’animations

Pagani fustige les loyers