Au bord de l’Allondon campe un paradis

L’été dans les campings genevois (2/5) Aujourd'hui, la Tribune de Genève vous emmène au Camping cantonal du val de l'Allondon, à Satigny.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nous roulons depuis une vingtaine de minutes lorsque soudain la forêt nous engloutit. «Ici, tout est à l’état sauvage, l’homme est bienvenu mais la priorité est toujours donnée à la nature. Je suis très à cheval là-dessus: pas de bouteilles vides ni de mégots», nous avertit Patrick Mäder, responsable depuis six ans avec sa femme, Oxana, du Camping cantonal du val de l’Allondon, à Satigny. Leur «petit paradis».

Le quadragénaire nous conduit entre les caravanes proprettes et bien rangées, entourées de verdure et de terrains de pétanque. «Notre camping doit être le plus grand de Genève, nous avons environ 200 places. Notre particularité est que 95% de nos résidents le sont durant toute la saison et nous n’accueillons qu’une dizaine de visiteurs. Nous hébergeons toutes les tranches de la population genevoise et des touristes de partout, poursuit-il. Ces derniers temps, il y a de plus en plus de Galiciens et énormément d’enfants.»

Petits prix, grande liste d’attente

Les premiers campeurs se sont installés sur ce terrain de manière sauvage il y a près de quarante-cinq ans. Aujourd’hui, une association à but non lucratif gère le camping en collaboration avec l’Etat de Genève, «ce qui explique nos tarifs très bas ainsi que notre longue liste d’attente». Une caravane peut s’installer durant une saison pour 1600 francs, un campeur peut planter sa petite tente pour 4?fr.?50 la nuit. «Si vous incluez la carte journalière en transports publics que l’on offre, c’est un record à Genève!» assure Patrick Mäder. Malgré les apparences, le camping est accessible en dix minutes de Proxibus depuis la gare de Satigny et donc à une vingtaine de minutes de Cornavin. Le site est fermé de début novembre à fin mars. Les caravanes restent mais leurs occupants doivent rejoindre leur domicile principal. Patrick et Oxana vivent, eux, à l’année dans leur petit chalet animé par les gazouillis de Raphaël et Michaël, leurs jumeaux, nés le 2 août.

Patrick Mäder a travaillé pendant quinze ans dans divers pays pour le Département fédéral des affaires étrangères et se dit aujourd’hui heureux d’être «concierge, bûcheron, psychologue, épicier ou encore vendeur de glaces». Oxana est infirmière, ce qui est très utile sachant que le camping reste éloigné des centres de santé.

«Ça nous a plu, on est restés»

Passé un ponton de bois, on découvre l’Allondon qui ruisselle entre les arbres sous un vieux pont de pierre. «C’est mon coin préféré, respire notre guide. De l’autre côté se trouve la réserve naturelle de Pro Natura, un coin réputé pour ses salamandres.» Reprenant notre itinéraire entre les caravanes installées le long de la rivière – «les plus prisées» – nous tombons sur une borne frontière datée de 1818. «Une petite partie du camping est installée sur territoire français. Si l’on commet une infraction de ce côté ou de l’autre, on ne risque donc pas la même chose», s’amuse Patrick Mäder.

A côté de la borne, Luigi Romano prépare le gril pour le cochon de lait qu’il partagera avec une vingtaine de voisins du camping le samedi suivant. Cela fait trente ans que le retraité a installé une petite caravane puis un mobile home au val de l’Allondon: «A l’époque où l’on travaillait, plutôt que de rester à la maison le week-end, on voulait prendre un peu l’air, se souvient-il. On est venus ici, ça nous a plu et on est restés.»

Dans le fond du camping, une tente vert pomme a été posée sur une surface de verdure. «C’est un «British», il est arrivé hier soir. Il est sur la place des tentes, où nous accueillons aussi régulièrement des groupes d’adolescents ou des scouts. Ces occupants sont un peu plus bruyants mais leur présence fait partie du camping», nous indique Patrick Mäder. Le responsable s’est en revanche toujours refusé à organiser des soirées ou événements à thème.

Créé: 15.08.2016, 18h34

Articles en relation

Les copains d’abord, en caravane

L’été dans les campings genevois (1/5) Reportage au camping d'Hermance, avec «ronflette» et ses autres habitués. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...