Passer au contenu principal

Du bon usage de l’humour au bureau

Depuis deux ans, Régis Gobe enseigne aux cadres des SIG à instiller de l’humour dans leurs méthodes de management.

Régis Gobe
Régis Gobe
Georges Cabrera

«Le rire, c’est bon pour la santé!» dixit Johann Schneider-Ammann. Notre ministre de l’Économie aurait pu ajouter que c’est également bon pour les affaires. C’est en tout cas le credo de Régis Gobe, qui enseigne comment et pourquoi instiller de l’humour dans ses méthodes de management.

Depuis deux ans, ce coach et formateur donne des cours sur ce thème aux cadres des Services industriels de Genève (SIG). En dépit de ce qu’on pourrait croire, il ne s’agit pas de transformer les chefs en clowns, loin de là. Au contraire, certains doivent plutôt apprendre à refréner leur humour. «Ce n’est pas forcément la formation où on se marre le plus», avoue Régis Gobe, qui organise par ailleurs toutes sortes d’autres cours dans le domaine du management et du travail. «On n’y apprend pas à raconter des blagues, mais on parle sérieusement d’humour et de ce que cela peut apporter à une entreprise.» Selon le formateur, les bienfaits de l’humour au travail sont multiples: c’est bon pour la cohésion d’une équipe et ça améliore le climat de travail en y apportant un peu de légèreté. Pour un cadre, c’est un bagage indispensable: «Le sens de l’humour est l’une des compétences managériales référencées par la bible américaine du développement personnel et du coaching, «For Your Improvement», relève Régis Gobe. Cela permet de rendre ses présentations orales et écrites plus attractives. En plus, faire rire est bon pour la confiance en soi. Cela peut enfin servir à dédramatiser une situation tendue.»

Mais attention, l’exercice a ses limites. Il ne faut pas que cela serve à éluder les vrais problèmes ou à régler des comptes personnels. Par ailleurs, il vaut mieux éviter les plaisanteries moqueuses: «Rire au détriment des autres est un facteur d’exclusion, prévient le spécialiste. Je recommande plutôt de cultiver l’autodérision, qui crée de la proximité avec ses collaborateurs en montrant qu’on sait rire de ses propres erreurs et qu’on est ouvert à la critique. Cela aplanit les rapports hiérarchiques.»

Savoir quand on va trop loin

À proscrire, surtout, les blagues sexistes ou celles qui visent la famille, les valeurs personnelles ou la religion. On évitera aussi de plaisanter dans certaines circonstances: «Il y a des moments qui doivent rester solennels, comme l’entretien annuel d’évaluation», estime Régis Gobe.

La formation, qui s’intitule «Manager avec humour», commence donc par un diagnostic. «J’aide les gens à comprendre quel est leur genre d’humour, et à savoir quand ils vont trop loin, explique le coach. Toute la question est de savoir où placer le curseur.» Il s’agit aussi de ne pas passer pour un rigolo, notamment auprès de ses clients ou partenaires. «Cela ne doit pas devenir votre image de marque, faute de quoi les gens penseront que vous n’êtes pas sérieux sur le plan professionnel.»

Impulsion des SIG

En fait, ce sont les SIG qui ont donné l’impulsion pour le lancement de ce cours. Dans le cadre du projet Équilibre, qui accorde davantage d’autonomie aux collaborateurs dans la gestion de leur temps de travail, la direction de la régie cherchait à instaurer de nouvelles méthodes de management. Elle a alors demandé à Régis Gobe, avec lequel elle collaborait déjà, de proposer une formation un peu décalée. C’est ainsi que le coach a imaginé ce module sur l’humour. «Pour que le projet Équilibre fonctionne, il faut marcher à la confiance et au bonheur au travail, explique le directeur général des SIG, Christian Brunier. Les gens sont plus efficaces s’ils sont bien dans leurs baskets et s’amusent.» Les 90% des cadres des SIG ayant suivi cette formation s’en sont dits ravis, selon un questionnaire de satisfaction. «En tant que dirigeants, estime Christian Brunier, notre rôle est de fixer un cadre de travail le plus agréable possible. L’humour peut aider à créer de nouvelles dynamiques.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.